Tout est à vendre sauf ma femme

Village Dong

Tout est à vendre sauf ma femme

Séjour dans la province de Guizhou dans le sud-ouest de la Chine.

Bien loin du capitalisme, mais bien près de l’argent. Gagner de l’argent est le maître mot.

En Chine, tout est mis en oeuvre pour le développement: trouver toutes les solutions pour gagner de l’argent et pouvoir redistribuer la richesse aux habitants. « Pas de bras, pas de chocolat! », si vous ne vous développez pas, vous resterez pauvres et votre évolution sera bloquée.

Chaque province possède un gouverneur (xunfu). C’est à lui que le pouvoir central demande de trouver des solutions pour développer sa province. Le Guizhou était une des provinces les plus pauvres, mais avait deux atouts, de merveilleux paysages et une population constituée principalement de minorités restées très isolées, ayant conservé leurs traditions. Les habitants du Guizhou ont longtemps pensé qu’ils étaient les seuls habitants de la planète. Le gouverneur a eu l’idée de développer le tourisme de masse chinois dans cette région. Bonne idée dit le gouvernement central, on va vous aider pour les infrastructures. La force de frappe du BTP entre en jeu! Et ils ne mettent pas 6 ans pour construire ponts, tunnels, immeubles, centrales nucléaires et universités pour faire de Guiyang une Silicon Valley!

En même temps, ce développement et le tourisme de masse chinois permet aux minorités de côtoyer les Chinois « développés » et de désenclaver leur mental.

Les Chinois ont raison de se moquer des gilets jaunes: on ne peut pas redistribuer l’argent qu’on n’a pas!

Et les droits de l’homme dans tout cela? Imaginez Macron devant gérer plus d’un milliard de Français sans toucher aux libertés individuelles! Il y a quelques années, j’ai travaillé au Musée d’Orsay avec l’historienne du parti communisme Madeleine Rebérioux. On lui avait demandé d’aller faire une conférence sur les droits d’homme en Chine et elle a refusé. Elle m’a expliqué qu’en tant qu’historienne, elle ne se voyait pas faire une telle conférence dans un pays dont l’unité serait compromise s’il respectait les droits de l’homme.

Les Chinois aiment leur pays et pour sa grandeur, ils sont prêts à se plier à la surveillance de type blockchain qui existe depuis toujours en Chine (il suffit de lire des livres chinois anciens) et fait partie de leur culture. Les problème actuel des Chinois de Hong-Kong est que depuis 1842, ils ont été territoire britannique et n’ont donc pas cette culture-là.

Sans commentaire!

Village Dong

Village Dong

Et non, tout n’est pas à vendre! Je cherchais depuis le début du séjour un pic à cheveux en argent ( la production de bijoux en argent étant spécifique du Guizhou). Certes on en trouve dans les magasins pour touristes, mais c’est du toc ou c’est vraiment trop kitsch. Je vois dans ce village Dong cette très belle femme avec un pic à cheveux superbe. Je lui fais demander où je peux en trouver un semblable. Elle répond qu’on n’en trouve plus et que c’est un bijou de famille ancien.

J’hésite beaucoup à lui faire l’affront de lui demander si elle me le vendrait, puis je me dis que c’est un test pour savoir si tout est vraiment à vendre dans ce pays. Elle me répond non. Ça m’a fait un immense plaisir. Je me suis excusée.

Non, tout n’est pas à vendre en Chine!

A voir aussi

De la tradition à la civilisation numérique

Les murs peints et la propagande

La nature dans le Guizhou

De la palanche au TGV

Le culte de Mao

Le vrai, le copié et le kitsch

Vraies et fausses pagodes

Cuisine du Guizhou

Plantes médicinales du Guizhou

Le tourisme de masse

Le BTP chinois, toutes les tailles sont disponibles, surtout les grandes

Les EPR chinois

 

Le réséda, jaune

Réséda © Secrets de plantes

Réséda © Secrets de plantes

Le réséda ou gaudeou herbe aux juifs, Reseda luteola, de la famille des Resedaceae serait originaire d’Europe méridionale. Plante présente dans toute l’Europe méridionale et centrale, l’Asie occidentale et centrale et l’Afrique du nord, elle est devenue très rare en France où sa cueillette est interdite.
Il pousse au voisinage des lieux habités, des décombres, au long des chemins.

Le réséda est une plante bisannuelle, glabre, verte, qui mesure de 50 cm à 1 mètre de hauteur, sa tige dressée est robuste, anguleuse. Les feuilles présentent des stipules glanduleux, de forme oblongue à lancéolée, elles sont disposées de façon alterne le long de la tige dressée ; les feuilles radicales sont ondulées et disposées en rosette. La floraison a lieu en juillet. Les fleurs sont irrégulières, en grappes très longues, denses et raides. Elles sont formées de 4 sépales, de 3 à 4 pétales, laciniés, assez courts, de couleur jaune verdâtre, de 20 à 25 étamines à filet un peu dilaté à la base. Les fruits sont des capsules ovoïdes, ils renferment des graines noires et luisantes.

Guizhou, le karst et les minorités

Wuyang, province de Guizhou

Wuyang, province de Guizhou

Notre maître de Tai-chi, chinois, nous a entraînés dans un voyage dans le Guizhou, au sud-ouest de la Chine.

En Chine, il y a ce qu’on voit, ce qu’on veut bien nous montrer, ce que dit le discours officiel et ce qu’on peut apprendre en croisant habilement les questions. Il y a surtout ce qu’on ressent: un passage à marche forcée d’une civilisation techniquement bloquée, aux traditions millénaires, à la culture en osmose avec la nature vers la civilisation du numérique et du BTP.

La province de Guizhou est particulièrement représentative de cette solution de continuité: changement de civilisation avec rupture, faisant fi de toutes les bases. Les ingrédients sont là pour que la démonstration soit frappante: paysages grandioses, région parmi les plus pauvres de Chine, population essentiellement composée de minorités ethniques installées depuis parfois des millénaires dans cette région :  Buyi, Shui, Miao, Dong.

On y rencontre un mélange d’architecture traditionnelle en bois et de fausse architecture traditionnelle en béton, la pagode dans tous ses états.