Le rêve pour tous

Vienne concert du nouvel an

Vienne concert du nouvel an

En cette période de fronde, j’aimerai vous faire part de mon expérience Viennoise pour le nouvel an. Ne nous manque-t-il pas un peu de rêve, un peu plus de liberté et beaucoup de citoyenneté.

Les Autrichiens retransmettent en direct sur très grand écran, sur la place de l’hôtel de ville ou sur la façade de l’Opéra, le concert du nouvel an par exemple ou les opéras, spectacles qui se déroulent dans les palais dorés, dont les places sont hors de prix et très vite épuisées. La municipalité sort même des chaises sur le trottoir. Le peuple peut donc voir le même spectacle que les riches tout en buvant du Glühwein et en mangeant des saucisses et en valsant sur la place. Une façon d’augmenter le pouvoir d’achat, car le pouvoir d’achat, c’est aussi le manque à dépenser, mais surtout de faire ressentir que personne n’est exclu.

J’avais acheté sur internet une carte de circulation pour les transports en commun: dans le métro de Vienne, dans les tramways, aucun portique, aucuns guichets, on circule totalement librement. Le taux de fraude est de 1,8%. Vous imaginez ça en France!!!!

Cantor, la variété de l’infini

Cantor, théorie des ensembles

Cantor, théorie des ensembles

Les mathématiciens comme les autres réunissent des objets de même nature en « collections » ou « ensembles ». Mais le mot ne prend son sens qu’en 1873, avec la théorie des ensembles de Cantor, un des ouvrages qui a le plus influencé les mathématiques actuelles.
« Par ensemble nous entendons toute collection M de m objets déterminés et bien distincts de notre intuition ou de notre pensée ».
Cantor distingue alors les ensembles finis et les ensembles infinis et, à la surprise générale, montre qu’il existe plusieurs sortes d’ensembles infinis, irréductibles les uns aux autres : les ensembles dénombrables, comme les nombres entiers naturels et les ensembles ayant la puissance du continu, donc non dénombrables, comme les nombres réels. Personne avant Cantor n’avait songé à se demander si l’ensemble des nombres réels était dénombrable.

Primevère

primevère ou coucou © Secrets de plantes

primevère ou coucou © Secrets de plantes

La primevère, Primula veris, de la famille des Primulaceae est une jolie plante très commune dans les prés, les pâturages, les clairières, les broussailles et le long des routes. Elle préfère les sols calcaires et pousse dans toute l’Europe, l’Asie centrale, le Caucase et la Sibérie.
Plante des plaines et des moyennes montagnes jusqu’à 2 200 mètres d’altitude, la primevère officinale, connue sous le nom de « coucou », est une petite plante herbacée vivace de 10 à 30 cm de haut. Ses feuilles sont ovales, brusquement contractées en pétioles, inégalement dentées. Elles sont ridées et grisâtres sur leur face inférieure.
Ses fleurs, odorantes, jaunes avec une touche d’orange au coeur, sont régulières, tubulaires avec les pétales étalés dans leur partie supérieure. Elles se présentent en petite ombelle simple au sommet de la tige florale. Les fruits sont des capsules ovoïdes. Le rhizome est épais et odorant : il sent la girofle.