La création de personnages

Création de Cyrano de Bergerac de Rostand en 1897

Création de Cyrano de Bergerac de Rostand en 1897

Un certain Georges Polti a écrit, en 1912 L’Art d’inventer les personnages.

Ce livre, parfaitement inconnu est passionnant car il recense tous les personnages du théâtre et de la littérature (jusqu’en 1900…) en les classant par attitudes et tempéraments. Il n’a pas la prétention de faire de la psychologie mais d’apporter une aide aux auteurs…et serait utile aujourd’hui pour les castings car il décrit comment nous nous attendons à voir tel ou tel personnage.

Nous faisons tous du « délit de gueule »; dans la première approche d’une personne, son physique et son comportement laissent toujours une empreinte forte. Il faut parfois du temps pour, ne serait-ce qu’avoir envie d’aller plus loin découvrir la personnalité secrète de la personne.

Je ne résiste pas au plaisir de vous livrer sa grande classification des humains. Je suis sûre que vous vous y retrouverez…

Classification selon les tempéraments

Nerveux

Caractère : Lyrique, mystique, épris de soie, te thé, de café, de hashisch et d’opium, aime les paradis artificiels ou sacrés.

Physique : Peau transparente d’ivoire, contact lisse et délicat, grosseur des yeux, front haut et comme cornu, tête large en arrière, cheveux longs.
Ouie développée, myope. Névrosé, a des hallucinations. Nie d’abord puis s’enthousiasme. Nez-trompe.

Élocution : Voix vibrante, un peu grave, pronociation parfois embarassée, notes gutturales.

Gestuelle : gestes resserrés, tremblants, écriture élevée, étroite, anguleuse, entortille des paraphes, allonge les barres.

Habillement : Vert, noir, étoffes soyeuses, aux aspects changeants et aux formes singulières.

Bilieux

Caractère : Hardi, ambitieux, conquérant, marin, brutal, raisonneur, orateur, historien, politique, impérieux. Idéaliste et en politique dogmatique et autoritaire. Systématique mais pas de suite dans les idées. Ouvre sans cesse des parenthèses et veut tout déduire de principes même devant l’absurdité des résultats.

Physique : Nez aquilin, yeux creux, menton saillant. Corps musclé, biceps. Peau mate, au grain serré. front large.

Élocution : Diction brève, martelée, respiration large qui fait sentencieux. Emphase, longs discours.

Gestuelle : Geste accentué et précis.
Écriture nette, droite aux lettres courtes et bien faites, les “l” munis de petites barres droites et fortes.

Habillement : étoffes fermes couleurs tranchées et classiques.

Sanguin

Caractère : Esprit railleur, affirmations hâtives et exagérées, sociabilité. Du panache, le caractère tour à tour audacieux et lâcheur, amour du théâtre et de la mise en scène, esprit démocratique et turbulent. Instinct pratique, habitude du mensonge et du sophisme, morale facile, scepticisme, folies impulsives. Gai, énergique, partique, adaptable.

Physique : Goût des épices, odorat délié. Sujet aux ruptures de vaisseaux et aux coups de sang. Corps de tons chauds, hâlé, peau souple, légèrement grasse.

Élocution : Intonations aigües. Diction criarde, bien pour les colères en feu de paille, les querelles et la raillerie.

Gestuelle : Gesticulation effrénée. Gestes forts et agiles. Écriture aux lettres rondes, ouvertes, légères, peu lisible à cause de la rapidité.

Habillement : Aime les couleurs vives et bariolées, les oripeaux, décorations, uniformes chamarrés. Costumes amusants et tapageurs.

Lymphatique

Caractère : Ame froide, patiente, pensée profonde, brumeuse au contact des autres, didactique. Amour du collectif, esprit scientifique, mémoire développée mais encombrée de documents, utilitarisme. Amour des circonstances oiseuses. Peut être imbécile. Douter brumeusement, étudier sans fin, indifférence utilitaire en politique. réaliste, vie régulière.

Physique : Chair incolore ou très blanche au contact froid et mou. Appareil digestif encombrant, épris de graisses et de sucres. Goût développé. Maladies : rhume.

Élocution : Voix lente. Diction descendante, coulante, aux récitatifs chantants; se complait dans des discours qui traînent en longueur. Achève ses mots dans des soupirs.

Gestuelle : Geste lourd
Ecriture molle, comme au pinceau, négligeamment tracée, paresseure, plus large que haute. style descriptif.

Habillement : Moelleux, un peu douillet. Couleurs limpides.

Bilieux-lymphatique

Caractère : Objectif. Besoin d’être Plus, de se manifester en des oeuvres : éloquence, labeur, aventure, orgueil. Esprit assez large, absence de passion. Manque du frisson de la vie. Lenteur d’idée. Tendance naturelle des opinions conservatrice, ploutocratique, bourgeoise, hiérarchique, amie de l’ordre, de la loi, de l’harmonie, de la respectabilité, avec le bonheur ou la sérénité pour but. Panthéistes en philosophie, physiciens en science, sculpteur en art, la femme aime comme un homme.

Physique : Traits écartés, concordants et calmes. Sourcil retombant en dehors. Chair blanche sculpturale. Musculature lourde. Taille moyenne. AIme les parfums d’encens.

Élocution : Style oratoire explicatif, à développement successifs.

Gestuelle : Gestes larges, démarche grave, ample, entière. Posture du corps droite ou renversée en arrière. Ecriture régulière, petite, un peu serrée. Regarde de haut en bas.

Nerveux-sanguin

Caractère : Subjectifs. Instinct de domination et de possession. Cupides ou prodigues, ils sont accapareurs et sentimentaux, jaloux et despotes. passionés et donc injustes. La pensée s’élance du dedans au dehors. Le coeur prime la raison. Tout en éruptions et en tempêtes. Scientifiques = chimistes, art = peintres ou musiciens, politique : tribuns ou tyrans. Ivresse tragique, dionysiaque. Peut virer à l’homosexualité.

Physique : Traits expressifs, jaillissants, lucifériens, sourcils ondulés, corps d’albâtre, parfois traits inégaux engendrant la laideur. regard qui s’hypnotise. Aime les parfums poivrés.

Élocution : Parole vive, style fougueux, plein d’antithèses et de mouvements rhétoriques, d’apostrophes et de prosopopées. Ironique et volontiers complimenteur.

Gestuelle : Gestes enthousiastes ou impérieux, irrités. Pas courts, inégaux, écriture composée de variations et de paraphes.

Sanguin-bilieux

Caractère : Actifs. Différence avec les subjectifs : ne se contentent pas de censurer passionément, il se révoltent et ils frappent. Différence avec les objectifs : ne se contentent pas de faire la roue, agissent. Pensée avant tout pratique, habile. Hardis, adroits, sans scrupules, protecteurs aussi et dangereux adversaire. Art de mener la foule, militaristes parfois grossiers et brutaux, “joie de puer”. Culte de la force et amour de tous les coups de mains, populaire. sentiment de la vie. Ment facilement, joue la vie , essayiste, tâteur du nouveau avec une audace de sceptique et une parfaite confiance dans le possible. Totale irrévérence du passé. Facilement envieux et égoïste, libre comme l’air, se tire à peu près de tout.

Physique : Teint hâlé, formes développées, , taille plutôt virile, corps poilu, gestes puissants et concentrés, démarche amoureuse des courts chemins, attitude comme toujours prête au mouvement. Aime les parfums forts, animaux (le musc).

Élocution : langage grossier, médical.

Gestuelle : Ecriture rapide, style agile et conteur.

Nerveux-lymphatique

Caractère : Passifs ou sensitifs. Leur rôle est de sentir. Vont de l’art à la foi et de la fidélité à la luxure. Ils ont toutes les tendresses et vibrent à tout contact. Langueur, âme féminine. Nature musicale, devenant parfois religieuse. Volupté intérieure. Les impressions recouvrent les impulsions personnelles. Habitudes profondes. Grande importance du souvenir, quelque chose de provincial. En politique, dévouement légitimiste. fidélité, vieille tradition familiale. Fond d’ardeur mélancolique. Sérieux dans le sentiment exprimé de façon désuète. Absence de volonté. Finesses souvent mauvaise. Hypocrite.

Physique : Aime les parfums à la violette. Chair fine et souvent blonde. Le défaut serait la morbidesse et un manque d’attache aux os. Formes rentrées, ondulées. Taille se rapproche de la féminine.

Élocution : Style harmonieux, périodique, orné, descriptif.

Gestuelle : Gestes et paroles souvent involontaires. Postures étendues et molles, démarche balancée, cadencée, avec le pied d’aplomb.

Habillement : Elegance fine, classique. Coquetterie.

Bilieux-nerveux

Caractère : Intellectuel. Abstrait, idéalise. Possessivité se traduit par avarice et ambition. Sensibilité se traduit en sagesse et théologie. L’activité en subtilité. Algébristes nés, systématiques théoriciens. Réunissent fantaisie et absolu. Originalité. Opinion individualistes, anarchiste, destructive, pessimiste. Sentiment énergique des droits de la personnalité fait admettre, par l’insensibilité de ces stoïciens, tout pour arriver à un état idéal où l’individu dépende le moins possible de la foule.

Physique : Aime les parfums enivrants à base de café. La chair, un peu plus rosée par places, est rare et se distribue en masses séparées. Maigreur sèche ou molle. Le nez n’est jamais retroussé mais plutôt courbé vers le bas. Poitrine, omoplates et ventre bombés de nature.

Élocution : Parole pleine d’expressions curieuses, style concis, elliptique, intense fiévreux.

Gestuelle : Ecriture saccadée, aigüe ou bizarre. Geste souvent maniaque, plein de tics; démarche allongée, un peu forte, pliant les genoux excessivement.

Sanguin-lymphatique

Caractère : Corporel. But constant : matérialiser et réaliser. Plus appréciés en volupté qu’en sculpture. Coquetterie sensuelle frisant les lettres. Défaut de leur esprit, expérimental et restreint à l’examen, est un prosaïsme dont la grossièreté passe quelquefois dans les goûts, violents ou voluptueux. Adaptateurs, réalisateurs. Fonctionnent par association. Leur opinion repose sur la solidarité, la coopération, l’effort en masse et accorde peu à l’initiative, n’accorde rien à l’inégalité. Aboutit souvent au matérialisme. Sa science sera industrie, sa vie toute d’adaptation, son art essentiellement d’imitation réaliste.

Physique : Aime les parfums à la rose. Chair partout fournie, aux reliefs et aux fossettes innombrables mais où, dès la poitrine, l’expression se noie dans la chair. Leur laideur est la boursoufflure. Toutes les formes se retroussent. Plutôt trapus.

Gestuelle : Geste aisé. Ils marchent de tout leur corps et en remuant les hanches. Mais leur posture n’a rien d’embarassé car leurs muscles sont bons, de forme cônique, pyramidale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: