Le mécanisme du rire

rires

rires

Si vous observez bien tout ce qui se passe dans le défi du jour, vous verrez que la mécanique en est merveilleusement expliquée dans  Le Rire de Henri Bergson, livre qu’on a toujours plaisir à relire. En voici quelques extraits en rapport avec le pied entré malencontreusement en contact avec une merde.

 » Il n’y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain »

Un animal fera rire parce qu’on aura décelé chez lui une attitude humaine, des chaussures font rire lorsqu’elles donnent à celle qui les porte une démarche insolite.

« L’indifférence est son milieu naturel. le rire n’a pas de plus grand ennemi que l’émotion ».

« Pour comprendre le rire, il faut le replacer dans son milieu naturel, qui est la société; (sa) fonction utile est une fonction sociale ».

« Un homme, qui courait dans la rue, trébuche et tombe : les passants rient. On ne rirait pas de lui, je pense, si l’on pouvait supposer que la fantaisie lui est venue de s’asseoir par terre. On rit de ce qu’il s’est assis involontairement. Ce n’est donc pas son changement d’attitude brusque qui fait rire, c’est ce qu’il y a d’involontaire dans le changement, c’est la maladresse. »

Pensez-y à propos de la crotte de chien…

…et lisez le livre de Bergson que je ne vais pas vous recopier en entier!

 

Le côté mécanique de l’enchaînement de gestes que vont faire TOUS ceux qui vont marcher dans la merde, plus la répétition de la même scène dclencheront le rire. Selon Kant, « Le rire vient d’une attente qui se résoud subitement en rien », vous pourrez rire également de toutes les façons d’éviter la merde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: