Pourquoi vous avez perdu ou gagné

JS101Pour gagner 100€ à partir de 10€:

– soit vous avez choisi de jouer aux jeux de hasard, loto, grattage, etc. (je parierai que vous n’avez pas réussi le défi!).

– soit vous avez choisi des jeux où la stratégie, la connaissance et la sociologie interviennent pour « aider » le hasard (poker, bridge, tiercé, bourse, etc) : votre probabilité de gagner est nettement  plus élevée. Une étude effectuée sur 400 tiercés montre qu’il y a eu, en moyenne, quatre fois plus de gagnants qu’il n’y en aurait eu si les parieurs avaient joué totalement au hasard sans rien connaître des chevaux.

– Soit vous avez choisi de « taper » vos amis….sans commentaire

– Soit vous avez choisi de faire du commerce, il vous faut alors faire un peu de comptabilité analytique: vous avez peut être récolté 100 euros à vendre vos Tshirts, mais combien avez-vous réellement gagné?

– Soit vous avez choisi l’arnaque….

Jeux de hasard

Socrate voyait dans le jeu de dé une source d’immortalité et depuis des millénaires les hommes cherchent à établir une science de l’incertitude et à pénétrer les secrets du hasard. La théorie des probabilités  éclaire la situation de façon crue et quiconque la regarde en face devrait bien se garder de jouer aux jeux de hasard. C’est sans compter la transe, le vertige, la sensation de devenir tout puissant face au hasard…

Confessions d’un joueur

Comment peut-on rêver faire fortune en s’amusant?  Combien de fois ai-je voulu quitter mon bêtisier. Ma vie se joue à pile ou face. Les cartes à jouer me donnent le loisir d’imprimer ma volonté à mon démon. Le jeu consiste à inventer sans cesse un monde possible, pour le confronter au monde réel. Deviner les failles et les demi-mesures des partenaires réunis autour d’une table m’exaltent, et je m’enivre à chaque coup des adversaires. Il est difficile de deviner la personnalité de ses compagnons de jeu. Au fond, rien de très humain chez les joueurs qui prennent l’argent, sans préjugés, là où il se trouve. L’intérêt prime dans nos relations et nos discussions ne prennent que la forme des cartes. Rien de profond, sinon l’âpreté au gain qui nous sert dans cette vie parallèle que je mène.

Souvent je me dis que les flots d’argent que j’écoule sur les tables de jeu finiront par me ruiner définitivement. Tout cet argent dilapidé me rend fourbu, constellé de douleur. Cette fantaisie que je dois maîtriser avant ma faillite personnelle me porte à vivre au dessus de mes moyens. Je devrais comprendre que la roue de la fortune ne tourne pas en ma faveur. Et pourtant je persiste et signe comme un véritable damné.

Quelques chiffres

Les probabilités démontrent que les règles des jeux de casino sont telles qu’on ne peut que perdre.

Exemple : la roulette comporte 37 numéros, la probabilité de sortie d’un numéro donné est p=1/37=0,027.

Pour une mise x=1 sur un numéro plein, le gain est égal à 35. L’espérance mathématique pour un numéro plein est donc égale à e=0,027×35=0,945, elle est inférieure à la mise ce qui rend le jeu inéquitable. (Attention, l’espérance mathématique n’a rien à voir avec votre probabilité de gagner, qui, à chaque coup est toujours de 0,027%).

Autre exemple, la boule, providence des casinos (numéros pleins de 1 à 9, gain de 7 fois la mise, chance simple: rouge, noir, pair, impair, passe ou manque, gain de 1 fois la mise). A chaque coup, le banquier à 556 chances sur mille de gagner. Si un joueur risque le dixième de son capital à chaque coup, il a une chance sur deux de se ruiner avant d’avoir joué 85 coups (contre 230 à la roulette). Le parieur est mathématiquement certain de perdre après un nombre important de coups.

Imaginons 100 joueurs misant la même somme, après un coup, 444 gagnants et 556 perdants, après 765 coups, 999 perdants et un seul gagnant.

Le problème des joueurs, c’est qu’ils sont persuadés qu’il seront celui-là!

La seule technique de non-perte à la boule (où autres jeux de hasard), et seulement dans le cas où l’on a la chance d’avoir dépassé convenablement sa mise de départ après un gain important, consiste à changer ses jetons et à s’amuser avec le surplus….Mais aucun joueur forcené n’est capable de prendre une telle décision.

Arnaque

L’arnaque nécessite un pigeon, personne crédule ou ignorante (ignorant le mécanisme de l’arnaque ou ne connaissant pas ce que vous vendez) et un bon savoir faire (n’est pas arnaqueur qui veut : il faut savoir mentir, avoir une capacité de répartie rapide, connaître le métier dans lequel on arnaque pour avoir réponse à toutes les objections et être doué d’une grande connaissance humaine. On ne s’improvise pas arnaqueur dans n’importe quelle branche).

– Arnaque financière : je vous conseille de lire Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles de Bernard Maris. De la bourse aux comptes truqués, un large éventail est à la disposition des financiers de talent.

– Arnaque sur les faux en tous genres : les grands faussaires sont talentueux, très talentueux même sinon il n’échapperaient pas à l’oeil critique des experts.

Michel-Ange n’a-t-il pas débuté sa carrière comme faussaire, son Cupidon endormi trompa le neveu du pape, puis la mèche ayant été vendue, il a été bien heureux de ne pas se faire pourfendre. Mais il voulait se venger du dédain opposé à son Cupidon qui, après avoir été admiré sans réserve, s’est vu relégué uniquement parce qu’on ne croyait plus qu’il provenait d’un sculpteur antique. Michel-Ange sculpta donc une Cérès, lui brisa un bras et enfouit la statue manchote dans la terre. Puis ayant guidé les archéologues dans leurs recherches, il les manoeuvra pour qu’ils déterrent sa déesse. Les archéologues s’extasièrent et virent dans la sculpture un plus pur morceau de Praxitèle. Michel-Ange laissa dire puis il alla chercher le bras manquant et le brandit triomphalement « Praxitèle, c’est moi ! ».

Sans aller chercher les faux, j’appellerai arnaque toute transaction dans laquelle il y a tromperie sur la marchandise, lorsque le vendeur ou la pub vend hors de prix un produit parce qu’il a un pouvoir sur l’imaginaire du consommateur.

Au début du XXe siècle, un homme se retrouve au tribunal, accusé d’escroquerie : il avait fait passer cette annonce dans un journal : « pour avoir les seins droits, envoyez xxx francs et une enveloppe timbrée, résultat garanti ». Il suffisait de regarder la plaignante pour voir que le résultat n’était guère garanti.

L’accusé renvoyait, dans l’enveloppe timbrée, une missive : « pour avoir les seins droits, marchez à quatre pattes ». Au tribunal, il exigea de la plaignante de se mettre à quatre pattes pour prouver que sa publicité n’était pas mensongère…et il fut acquitté.

– Arnaque d’adresse et nécessitant des comparses, comme le bonneteau. Ces arnaques bien connues fonctionnent encore car le joueur pense toujours qu’il sera plus malin…et l’envie d’arnaquer l’arnaqueur est très excitante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: