L’ABC du pouvoir

ABCpouvoirAgir, Bâtir, Conquérir, ou l’ABC du pouvoir est le titre d’un livre de Pierre Frédéric Ténière-Buchot publié aux éditions d’organisation.

J’ai lu ce livre avec fascination.

En cherchant à me positionner sur le tablier des pouvoirs, j’ai pu découvrir les raisons profondes de mes choix professionnels.

« Comment le pouvoir s’exerce-t-il à l’heure actuelle? Comment l’obtenir, le garder ou au contraire le menacer? Qui le détient? La notion de pouvoir a-t-elle évolué depuis Machiavel, Clausewitz, Sun Tsu, Jules de Tetz, Gracian?

Le pouvoir vous attire? Le pouvoir vous met mal à l’aise? Vous voulez éviter le pouvoir? »

Je vous conseille « ce livre de méthode et de réflexion qui s’adresse à tous ceux qui s’intéressent au pouvoir, qui le subissent, y participent ou tentent de l’exercer », avec exercices d’entraînement proposés.

« Le Djambi ou échiquier de Machiavel est une autre approche, séculaire, de la représentation modélisée du pouvoir…et constitue une assez bonne approche pour l’apprentissage des comportements politiques élémentaires…ce n’est pas un jeu pour âmes sensibles. Sa portée morale est des plus douteuses, puisque c’est un instrument didactique des mécanismes de la trahison.

Le Djambi se joue à 4, chaque joueur plaçant son camp au coin d’un tablier de 9×9 cases identiques (camp vert, camp jaune, camp rouge, camp bleu). Ce caractère impair met en évidence une case centrale, la case du pouvoir absolu, aboutissement du jeu de chaque concurrent.

Chaque camp a un nombre identique de pions placés en début de partie de manière semblable:

Le prince, dans le coin, dont l’ambition est d’occuper la case centrale.

Chaque prince est protégé par trois pièces spécialisées

– l’assassin (hommes de mains, services spéciaux) qui peut tuer toutes les autres pièces adverses en occupant leur case

– le diplomate ne tue pas directement, mais peut déplacer les pièces adverses dont il occupe la case en les mettant dans des situations périlleuses; le diplomate est un provocateur, ou un traître, selon les situations

– le journaliste est un observateur qui tue les autres pièces en révélant les scandales. Point n’est besoin pour lui d’occuper la case d’une pièce adverse, il lui suffit de s’en approcher pour l’anéantir

Les autres pièces de chaque camp sont:

– le militant; 4 militants forment une deuxième défense, équivalents des pions ordinaires à domaine d’intervention limité

– l’intellectuel est la pièce la plus originale du jeu; l’intellectuel réinterprète constamment l’histoire, en est l’infidèle mémoire, attribuant tous les méfaits aux autres princes que le sien….

– un cadavre, ou l’anonymat de la mort: un cadavre restant toujours encombrant pour le camp qui a contribué à son apparition peut être déplacé par l’intellectuel qui va essayer de l’attribuer à un autre joueur.

Le tablier des pouvoirs utilise les pièces du Djambi qui expriment des fonctions stables, présentes en permanence dans l’analyse structurelle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: