Le myosotis, « ne m’oublie pas »

Myosotis © Secrets de plantes

Myosotis © Secrets de plantes

Le myosotis, Ne m’oubliez pas, Regardez-moi, Mysosotis palustre, de la famille des Boraginaceae, est une plante gracieuse et très populaire qui a été chantée par de nombreux poètes.
Il est assez fréquent et ses jolies petites fleurs bleues sont caractéristiques.
On le trouve dans les milieux humides : les prairies, les forêts, les fossés et les rives.

Botanique

Le myosotis est une plante vivace pouvant atteindre 40cm de haut et possédant une souche rampante d’ou naissent des tiges anguleuses embrassées par des feuilles molles et poilues (sessiles). Durant les beaux jours (mai – août), il se pare de délicates fleurs bleues au cœur jaune, très petites (4 à 8 mm de diamètre), ayant des pétales soudés, et se réunissant en épis spiralés qui s’allongent en cours de floraison.

Usages

Cette plante n’est pas mentionnée par les Anciens.
Le myosotis a essentiellement une action anti-inflammatoire, tonique et sédative. On utilise ses sommités fleuries et ses feuilles que l’on conserve en gros bouquets suspendus. Une fois séché, le myosotis constitue un bon succédané du mélilot, utilisé pour traiter les infections des yeux.
Fortement associé au traitement des voies respiratoires, on en tire un sirop prescrit pour soigner les affections pulmonaires.
Très riche en sels de potassium, le myosotis était recommandé comme anti-asthénique.

Folklore

Le myosotis tire son nom de deux mots grecs : mus et ôtos, qui signifient respectivement  » souris  » et  » oreille « . Ses feuilles ont en effet une forme qui pourrait rappeler celle des oreilles de souris.

Connue depuis longtemps, la décoction de myosotis aurait, selon la culture populaire, le pouvoir de durcir la lame des épées.

Dans le symbolisme populaire, le myosotis est attaché au souvenir.
A travers toute l’Europe ont l’appelle d’ailleurs  » ne m’oubliez pas  » (« vergissmeinnicht  » en allemand, et  » forget-me-not  » en anglais).
Dans l’Ain, une croyance veut que l’on perde la mémoire lorsqu’on le piétine.
Selon une légende hongroise, un homme marié tomba amoureux d’une jeune femme rencontrée dans la forêt. Son épouse finit par découvrir leur idylle et leur jeta une malédiction :  » Vous aurez des enfants, mais si vous en aimez un plus que les autres, il mourra « . Plus personne ne la revit. L’homme se remaria avec la jeune femme et ils eurent cinq filles. Mais un jour ils se rendirent compte que c’était la petite dernière, avec ses beaux yeux bleus, qu’ils préféraient. Et la malédiction s’accomplit : elle mourut en disant  » Ne m’oubliez pas « . Sur sa tombe, de petites fleurs bleues comme ses yeux se mirent à pousser. Ses quatre sœurs se chargèrent de répandre aux quatre coins du monde cette fleur que l’on appela, en souvenir de la petite,  » Ne m’oubliez pas « .

Dans le langage des fleurs, le myosotis est le symbole de l’amour fidèle.
Au Luxembourg, on était sûr d’être toujours aimé si on le cueillait dans un lieu célèbre nommé la  » Cascade du chêne enchanté « .
En France, pour vérifier les sentiments de l’autre, on en trempait un bouquet dans de l’eau salé : s’il ne se fanait pas, c’est que l’amour était toujours là.

Recettes

Lotion oculaire

Posologie
15g de sommités fleuries de myosotis
1 litre d’eau, en infusion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: