L’euphraise ou casse-lunettes

Euphraise © Secrets de plantes

Euphraise © Secrets de plantes

L’euphraise, Euphrasia officinalis, de la famille des Scrofuliariaceae, est une petite plante annuelle ne dépassant pas 30 cm et qui parasite les racines de différentes autres plantes.
Elle habite les prairies ensoleillées, les clairières, buissons, marais, surtout sur terrain maigre et souvent parmi les bruyères jusqu’à 3000 m.
On la rencontre en France, sauf sur le littoral méditerranéen, en  Europe centrale, au Canada.

Botanique

Sa tige dressée et brunâtre porte des feuilles ovales, sessiles et profondément dentées. Toute la plante est glanduleuse avec un goût âcre et amer. Elle fleurit de juin à septembre. Ses fleurs, disposées à l’aisselle de bractées foliacées, forment des grappes assez lâches. Leur corolle est généralement blanche, finement striée de violet, avec une gorge jaune et dépasse largement le calice ; elle comporte 2 lèvres, l’inférieure à 3 lobes échancrés, la supérieure en forme de casque convexe. Le fruit est une capsule ovoïde aplatie et duveteuse.

Usages

On en utilise les tiges fleuries.
L’euphraise est tout d’abord un « casse lunettes », car elle a la propriété d’accroître l’acuité visuelle. Elle est recommandée comme remède contre les maux d’yeux : larmoiements, mucosités purulentes, conjonctivites, blépharites et orgelets. On l’utilise en bain d’yeux. « Ce remède épure les yeux et augmente la force visuelle » dit l’Abbé Kneipp, grand défenseur de cette plante.
L’euphraise est également prescrite lors d’insuffisance hépatique, voire de jaunisse. Elle est aussi indiquée contre l’inappétence, pour stimuler la sécrétion des sucs digestifs et régulariser la digestion.
Son emploi populaire lui attribue des vertus apaisantes contre les maux de têtes, les crampes, l’hystérie et les insomnies.
En usage externe, elle aide à la cicatrisation des plaies.

Folklore

Petite légende poétique : la linotte se serait servie de l’euphraise pour s’éclaircir la vue.

Arnaud de Villeneuve, médecin de la Renaissance, faisait fabriquer une potion composée de moût de raisin (premier jus avant la mise en fermentation) et d’euphraise, apte à redonner une meilleure vision.

La conformation de la corolle blanche à tache jaune ponctuée, évoquant un oeil, aurait justifié la « théorie des signatures » pour faire de l’euphraise un « casse-lunettes ».

Recettes

rhume de cerveau, mémoire, ophtalmies

Infusion de
20g de sommités fleuries
1 litre d’eau
à faire bouillir 10 minutes
laver les yeux (ophtalmies) ou aspirer le liquide par le nez (rhume).
ou boire 3 tasses par jour (mémoire, rhume).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: