Chocolat: normes ou réglementation?

cacaof4Le terme «chocolat» est réservé à un produit soumis à une définition stricte par la réglementation française. Il correspond à un mélange de pâte de cacao, additionnée de beurre de cacao et de sucre, ceci dans des proportions précises : au minimum 35% de pâte de cacao, dont 18% de beurre. La valeur énergétique d’une tablette de 100g est alors de 500 kilocalories.

1996

La législation européenne propose, le 17 avril 1996,  une nouvelle réglementation sur la composition du chocolat, autorisant l’emploi de 5% de matières grasses végétales autres que le beurre de cacao dans la fabrication du chocolat. Le goût du chocolat que les Français pourront désormais déguster risque d’être moins cher mais plus fade… Chaque état peut toujours imposer sa propre réglementation et la bataille que se livrent consommateurs, parlementaires, industriels et pays producteurs n’est pas terminée.

Du chocolat de ménage au fondant

La législation française définit la nomenclature et la composition des chocolats : chocolat de ménage (teneur minimale en cacao 30%), chocolat (teneur minimale en cacao 35%), chocolat à croquer (de 45 à 48%), au-delà de 48% c’est le fondant. A partir de 43%, on peut adjoindre des qualificatifs : supérieur, fin, surfin, amer, etc.

Pas de normes pour le chocolat

Toutes les spécifications concernant le chocolat relèvent de la réglementation et non de la norme : Il n’existe pas de normes concernant le chocolat. Seules existent sept normes définissant les spécifications de la fève de cacao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: