Quel est votre prix?

jetons de casino

jetons de casino

On dit toujours que tout le monde est achetable, qu’il suffit de connaître son prix et la nature du prix: tout le monde n’est pas achetable par l’argent. Si c’est vrai, s’il n’y a pas plus de corruption, c’est que les corrupteurs n’ont pas assez d’argent!

Quelques exemples:

– vous avez une maison, quelqu’un en tombe amoureux et veut l’acheter. Vous ne pouvez pas la vendre, mais réfléchissez bien : si celui qui en est amoureux vous en offre bien plus que son estimation, je suis sûre qu’il y a un prix pour lequel vous craquerez. Ça s’appelle faire une bonne affaire!

– on vous offre le poste de travail ou la position sociale dont vous rêvez depuis toujours. le prix à payer est votre corps. Refuserez-vous absolument la promotion canapé? Quel prix accordez-vous à votre corps et êtes-vous capable de dissocier l’acte sexuel de l’amour?

– vous vous présentez à la présidence de la république dans un pays dont la confession dominante n’est pas la vôtre, êtes-vous prêt à vous convertir (il y a eu des précédents!) Quel prix accordez-vous à Dieu?

Un ami qui dirigeait les services secrets était en charge de remettre puis de retirer les coupe-files (possibilité de joindre la Présidence) aux personnalités politiques (ministres, députés, sénateurs,etc.). il m’a dit un jour qu’aucune de ces personnalités n’avait pas essayé de « l’acheter » (acheter allait de l’argent aux avantages en nature etc.) pour conserver son privilège. il ajoutait que personne n’avait pu y mettre le prix car il n’avait pas de prix: il avait tout ce qu’il souhaitait et avait une haute opinion du service public.

Je ne suis pas sûre que pour un plat de fromage fort avec du bon vin, il n’aurait pas craqué!

Réfléchissez bien:

– pour quel grand rêve ou grand dessein paieriez-vous en espèces ou en nature?

– à partir de quelle somme ou gratification pourriez-vous mettre votre morale dans la poche pour réaliser un de vos rêves ou un objectif « politique »?

Peut-être serez-vous même assez habile intellectuellement pour vous dire que ça n’est pas une affaire de morale, mais de bien public : si vous êtes maire d’une commune et qu’une société vous offre votre salle des fêtes plus un stade en échange d’un gros marché: vous ne faites bien sûr pas une entorse à la morale, vous oeuvrez pour le bien de vos administrés!

Où est la frontière entre le pragmatisme et la corruption? Pour répondre, il faut se demander qui on lèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: