Les mécanismes de l’action

Le ludopathe compulsif

Le ludopathe compulsif

Mise en acte

Le patient “met en acte” au lieu d’informer ; il “s’abandonne à la compulsion de répétition qui remplace l’impulsion à se souvenir… par exemple, en faisant choix, pendant la cure, d’un objet d’amour, en se chargeant d’une tâche, en s’engageant dans une entreprise.” Freud –Remémoration, répétition et élaboration– 1 914.

Agir et se souvenir ou comment faire revenir le passé dans le présent ? En mettant en acte des pulsions, des fantasmes, des désirs.

acting out

Le sujet traduit en actes ce qu’il a oublié ; c’est une demande de symbolisation qui s’adresse à un autre, elle a ce caractère impulsif, mal motivé aux yeux mêmes du sujet, en rupture avec son comportement habituel, même lorsque l’action secondaire semble rationalisée.

Agir, un coup de folie pour éviter l’angoisse. Un “agir inconscient” – Lacan –

Compulsion

Le sujet se sent contraint d’agir, de penser, soumis à une force interne contre laquelle il lutte sans succès.

“Dans l’inconscient psychique, on peut reconnaître la suprématie d’une compulsion de répétition provenant des motions pulsionnelles et dépendant vraisemblablement de la nature la plus intime des pulsions, suffisamment puissante pour se placer au dessus du principe de plaisir, prêtant à certains aspects de la vie psychique leur caractère démoniaque…” – Freud – L’inquiétante étrangeté – 1 919.

Ainsi en est-il de “l’implacabilité du destin qui condamne tous les fils à passer par le complexe d’Oedipe.”

Doutes et inhibitions à la pensée et à l’action sont la conséquence d’un conflit qui bloque les énergies du patient.

Le non-accomplissement de cette action ou de cette névrose obsessionnelle déclenche une montée d’angoisse.

Affect

Kant définit l’affect comme “le sentiment d’un plaisir ou d’un déplaisir, éprouvé dans l’état présent, et ne laissant point le sujet parvenir à la réflexion.”

Freud y voit “trois mécanismes :

– celui de la conversion des affects (hystérie de conversion) ;

– celui du déplacement de l’affect (obsesssions) ;

– celui de la transformation de l’affect (névrose d’angoisse, mélancolie).

Freud – La naissance de la psychanalyse, lettres à Wilhelm Fliess- 1 887/1 902.

C’est le retentissement émotionnel d’une expérience forte, une “traduction subjective de la quantité d’énergie pulsionnelle ». Freud – Le refoulement – 1 915.

Les affects, selon Freud, pourraient être aussi des “reproductions d’événements anciens d’importance vitale et éventuellement préindividuels”, des sortes “d’accès hystériques universels, typiques et innés”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: