Le ski sous toutes ses formes

Z382La diversification du ski alpin

Le ski alpin a longtemps été un sport pratiqué sous une forme unique. Mais depuis les années 90, d’autres formes de pratiques sont apparues, notamment grâce au phénomène newschool, dérivé du snowboard.

Parmi les nouvelles formes de pratiques su ski alpin : le ski de compétition, le ski acrobatique, le ski de vitesse, le freeride, le carving, boardercross, mais aussi toutes les nouvelles pratiques de ski alpin, qu’on inclue dans la tendance newschool, et qui apportent de nouvelles sensations aux skieurs, et en été la pratique du ski sur gazon.

Z479le ski acrobatique

On distingue, dans le ski acrobatique:
Les bosses : le skieur peut à la fois exprimer sa virtuosité technique et sa vitesse en évoluant dans les bosses et mettre en valeur son audace dans les sauts. La piste de 200m de longueur est tourmentée de bosses et de 2 tremplins de saut. Après Edgar Grospiron, qui a grandement contribué à la médiatisation de la discipline, ce sont les finlandais (Lahtela et Traa) qui dominent actuellement en compétition.
Le saut nécessite plus des qualités gymniques que des qualités de skieur. La combinaison des sauts, de plus en plus complexe, est jugée par rapport à un barème de difficulté théorique, à l’amplitude et à la qualité d’exécution et de réception. Les sauteurs s’entraînent l’été en water jump (dans l’eau). Le saut attire toujours un public nombreux mais souffre tout de même de son côté fermé et inaccessible. Les pays ayant une culture gymnique (pays de l’est) et ceux ayant une culture du ski acrobatique (USA, Canada, France) dominent actuellement la discipline.
L’acroski : anciennement appelé « ballet », il s’apparente à une chorégraphie proche du patinage artistique. Le skieur effectue un programme de figures libres sur un rythme musical au cours duquel l’appui sur les §bâtons§ est autorisé. La note finale dépend de la technique et de l’expression artistique. Les skis utilisés sont courts et la pente très faible. L’acroski n’est pas une discipline olympique.

Z326Ski alpin, conseils de sécurité

Sur les pistes, soyez courtois et responsables. N’oubliez pas que vous êtes tenus de respecter les règles de conduite du skieur à la descente:

• respect d’autrui : ne pas mettre autrui en danger par son comportement ou son matériel
• maîtrise de la vitesse et du comportement : adapter sa vitesse à ses capacités personnelles
• choix de la direction : priorité du skieur aval par rapport au skieur amont
• dépassement : doit être large pour assurer la sécurité du skieur aval
• croisement : s’assurer qu’il n’y a pas de danger quand on s’engage sur une piste
• stationnement : ne pas stationner dans les passages étroits ou sans visibilité, libérer la piste en cas de chute
• montée et descente à pied : utiliser le bord de la piste
• respect de l’information : balisage, signalisation, météo, état des pistes
• assistance : aux personnes accidentées (alerte)
• identification : comme témoin ou acteur d’un accident auprès des secours.

Z373Qu’est-ce qu’un bon skieur?

Vous êtes capables de skier à vitesse soutenue en utilisant différents types de virages, sur des terrains et dans des neiges variés (poudreuse). Vous pouvez skier longtemps sans trop vous fatiguer.

L’objectif est de :
– réaliser des virages courts (sur les chemins, en pente raide…) grâce à de meilleurs appuis et un placement du haut du corps (anticipation)
– maintenir des conduites coupées (prises de carres importantes qui se traduisent par 2 traces bien visibles sur la neige)
– utiliser un bon placement du bassin pour augmenter la prise de carres et rester équilibré à grande vitesse (poussée du bassin à l’intérieur du virage)
– garder une attitude disponible, relâchée pour réagir face à des situations inattendues (changement de neige, obstacle…)
– skier en  » toute neige tout terrain  » en toute sécurité (meilleure connaissance du milieu, technique adaptée…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: