La camomille romaine

Camomille romaine © Secrets de plantes

Camomille romaine © Secrets de plantes

En France, c’est « la » camomille, en Suisse, c’est « la fausse » camomille. On l’appelle aussi « romaine » pour avoir été identifiée à Rome au XVe siècle, d’où elle nous est parvenue, via Londres, en tant que mauvaise herbe.

La camomille officinale, Anthemis nobilis ou Chamaemelum nobile, de la famille des Asteraceae, est une plante vivace, herbacée, à feuilles odorantes finement découpées en lanières.
Fleurs jaunes à rayon blanc, composée uniquement de languettes stériles insérées sur un réceptacle à paillettes. Fruit sans aigrette consistant en plusieurs akènes oblongs, nus, sur le réceptacle commun entouré du calice persistant.Elle est, depuis, cultivée dans les jardins et l’on a même amélioré la variété sauvage à fleur simple en une variété à fleur double, typiquement française. Les camomilles d’Anjou et surtout la variété Maine et Loire à fleur double, cultivée à Chemillé, sont particulièrement prisées. Il en est vendu des tonnes chaque année.

Usages

On emploie les capitules floraux de la camomille.
La camomille est notre plante médicinale la plus populaire, présente avec le tilleul dans la plupart des foyers.
Antispasmodique, elle calme les maux de tête, les migraines quelle qu’en soit l’origine, les névralgies, les coliques, les affections du foie et la mauvaise digestion. On l’emploie depuis toujours contre la douleur des chutes, des rhumatismes, des lumbagos.

L’infusion de camomille est réservée aux peaux sensibles : on en pulvérise les visages à peau sèche et fragile et on l’applique en compresse contre l’inflammation des paupières.
C’est également une excellente apéritive avec laquelle on fait un vin qui est servi comme tel.

Usages actuels et composition chimique

Les fleurs renferment:
– des glucides représentés par des oses (inositol) et des osides (mucilages)
– des lipides notamment des acides gras tels que : acide linoléique, acide oléique, acide palmitique, acide stéarique et acide cérotique
– des glucides représentés par des oses (inositol) et des osides (mucilages)
– des lipides notamment des acides gras tels que : acide linoléique, acide oléique, acide palmitique, acide stéarique et acide cérotique
– 6 à 7 % de matières minérales
– des composés phénoliques comprenant :
. des acides phénoliques dont l’acide caféique, l’acide férulique et l’acide anthénobilique
. des flavonoïdes dont des flavones (apigétrine, apiine, lutéoline et lutéoline-7-glucoside) et des tanins condensés : tanins catéchiques
. des coumarines simples : scopolétine-7-beta-glucoside

– des terpénoïdes : sesquiterpènes : lactones sesquiterpéniques (nobiline, 3-épinobiline, 1,10-époxynobiline, 3-déhydronobiline) et triterpènes : stéroïdes tels que phytostérol et taraxastérol
– de la choline
– 0,4 à 2,5 % d’huile essentielle composée :
. de terpénoïdes : monoterpènes (1,8-cinéole, alpha-pinène, nérolidol, 1-trans-pinocarvéol, 1-trans-pinocarvone) et sesquiterpènes (chamazulène, farnésol, esters de l’acide isobutyrique)
. d’alcaloïdes tropaniques : esters de l’acide angélique
. d’esters de l’acide tiglique

Sa couleur bleu très clair, lorsqu’elle vient d’être préparée, est due à la présence de chamazulène provenant de la transformation d’un proazulène lors de la distillation.
La camomille romaine a des fonctions analgésiques, anti-inflammatoires, cicatrisantes, anti-rhumatismales, antispasmodiques, sédatives et hypnotiques. On lui attribue aussi des vertus anti-asthéniques, antipyrétiques, apéritives, stomachiques, carminatives, cholérétiques et emménagogues. On lui reconnaît également des propriétés anti-parasitaires, anti-prurigineuses, antibactériennes, vermifuges et vomitives.
Utilisations pharmaceutiques

L’huile essentielle a des propriétés apaisantes, antiseptiques, purifiantes et régénérantes.

On utilise la camomille romaine en friction contre les douleurs lombaires et rhumatismales.
Elle est utilisée pour faciliter la digestion et calmer les douleurs abdominales d’origine digestive (dyspepsie, flatulences). Elle est employée sous forme de compresses en cas d’irritation (conjonctivite) ou de gêne oculaire due à des causes diverses (atmosphère enfumée, effort visuel soutenu…).
Elle est de plus utilisée pour soulager les maux de gorge et les enrouements passagers. Elle est également employée pour l’hygiène buccale.

Utilisations cosmétiques

La camomille romaine entre dans la préparation de nombreux produits cosmétiques tels que :

– des produits capillaires pour cheveux abîmés et fragiles, mous et plats et pour les cheveux des bébés
– des produits pour les mains
– des produits pour le corps (crèmes et laits apaisants)
– des produits d’hygiène bucco-dentaire
– des produits pour le soin du visage et le contour des yeux notamment destinés aux peaux fatiguées et ternes, sensibles et fragiles

Folklore

« Camomille » est un terme du XIVe siècle. Il vient du latin « chamaelon », emprunté au grec « khamaimêlon », de « mêlon », pomme et « khamaï », à terre, littéralement pour les grecs : pomme à terre, la forme presque sphérique des fleurs en capitules et leur odeur rappelant celles des pommes.

La camomille est une herbe magique : mettez-la dans votre bain, il éveillera l’amour. Faites en une infusion et lavez vous-en les mains avant de toucher au jeu : vous allez gagner !
La camomille est un talisman : elle protège des sorts et éloigne les malédictions.
Maintenant, faites brûler la camomille comme de l’encens : vous serez prêt pour la méditation ou … un bon sommeil.

Recettes

Rougeurs du visage

Pour prévenir les rougeurs du visage
Ingrédients
mauve
bleuet
camomille romaine
Infuser, laisser tiédir pour en lotionner le visage après démaquillage.

Apéritif de camomille

Ingrédients
20 à 30g de feurs sèches de camomille
1 litre de bon vin rouge
sucré ou non selon

Faites macérer pendant 1 mois. Prendre un verre à madère avant chaque repas.

Infusion anti-migraine et anti-rhume

Ingrédients
10 à 40g de fleurs sèches de camomille
1 litre d’eau bouillante
(ou 8 à 10 fleurs par tasse à thé)

Laissez infuser 2 minutes avant de boire sans sucre.

Prise en début de rhume, cette infusion, bue bien chaude, peut arrêter la maladie.
Elle est spécifique des migraines quelle qu’en soit l’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: