L’académisme

Léon GEROME, Réception des ambassadeurs du SIAM par Napoléon III et l'Impératrice Eugénie dans la grande salle de bal Henri II du château de Fontainebleau le 27-06-1861

Léon GEROME, Réception des ambassadeurs du SIAM par Napoléon III et l'Impératrice Eugénie dans la grande salle de bal Henri II du château de Fontainebleau le 27-06-1861

L’académisme, terme utilisé depuis la fin du XIXe siècle qui définit à l’origine l’enseignement artistique reçu dans une académie d’art, désigne le style officiel, appelé aussi  »art pompier », qui marque le XIXe siècle français, avec un essor particulier entre 1845 et 1860.

Le style académique se base sur une connaissance approfondie du corps humain (dessin et études d’après nature) et sur l’étude de l’Antiquité gréco-romaine et des maîtres de la Renaissance. En se référant à cette tradition esthétique défendue par les artistes néo-classiques (David et Ingres), l’académisme constitue la poursuite du système classique entretenu par l’enseignement de l’Académie aux Beaux-Arts. Les caractéristiques de l’académisme reprennent les grands principes du classicisme: les peintres réalisent des sujets nobles qui illustrent l’histoire nationale et antique, voire mythologique et non plus les sentiments héroïques. La figuration humaine prime, dans le respect des attitudes conventionnelles et d’une composition équilibrée, notamment le nu féminin idéalisé. La virtuosité technique des peintres s’exprime par le dessin et non par la couleur: la ligne harmonieuse, la finesse du modelé et la perfection des détails.Le dogmatisme académique s’est ainsi successivement opposé à la liberté d’imagination romantique représentée par Delacroix, au réalisme jugé trivial de Courbet et de Millet, à l’illusionnisme impressionniste.
Toutefois, certains estiment que la représentation codifiée, encouragée par les instances officielles que sont l’École des Beaux-Arts, le prix de Rome et le Salon officiel, a quelque peu figé l’élan créateur et l’imagination des artistes. Les historiens de l’art tentent aujourd’hui, à travers les études et les expositions, d’estomper cette connotation péjorative.
Plus largement, l’académisme a pris également un sens nouveau en s’appliquant à tout style qui, refusé quand il représentait une rupture, a conquis ensuite la notoriété, une fois devenu, par assimilation, élégant et correct.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: