Cro-Magnon, Néanderthal et l’anthropologie au XIXe

 

Reconstitution de la tête de l'homme de Néanderthal

Reconstitution de la tête de l’homme de Néanderthal

La découverte de l’homme de Néanderthal fait naître la polémique sur les origines de l’homme

A la nouvelle que des ouvriers prussiens viennent de découvrir des ossements extraordinaires, les paléontologues de tous les pays accourent. Mais lorsque les sommités arrivent de Prusse et d’Angleterre pour s’attribuer la découverte, les ossements ont déjà été dispersés et l’âge du squelette de l’homme de Néanderthal ne peut être défini avec précision.
Il y a là, réunies, les conditions idéales pour alimenter une polémique dans le genre : « C’est un homme primitif ayant conservé des caractères simiens. » « Mais non ! C’est un crâne pathologique d’idiot. » « Ce n’est pas un humain, c’est un monstre. » « Nous ne classerons pas dans notre propre espèce : homo sapiens, mais dans une espèce primitive distincte : homo néandertalensis. »
Ces hésitations se comprennent car, le livre fondamental de Darwin, L’Origine des espèces, n’est pas encore paru et l’idée qu’il ait existé des hommes primitifs, différents des hommes actuels est considérée encore à l’époque comme une attaque contre la religion.

 

discussion autour du crâne de Cro-Magnon

discussion autour du crâne de Cro-Magnon

Homo sapiens-sapiens

20 mai 1868: découverte du crâne de l’homme de Cro-Magnon

Les terrassements vont bon train pour la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Agen. Tout à coup, un cri !
– « Parle, qu’est ce que tu as vu ? »
– « Des … des … crânes. »
– « Faut prévenir le chef. »
L’entrepreneur et l’ingénieur chargés des travaux subodorent l’ancienneté et l’intérêt de la découverte de leurs ouvriers ; ils préviennent les personnes compétentes.
Aussitôt accourt Monsieur , fils du Monsieur Lartet qui, avec l’Anglais Christy a soigneusement écumé les grottes du Périgord, les Eyzies et les autres depuis 1863. Il a trouvé les traces de l’homme, silex taillés, foyers, ossements de rennes, mais d’homme point ; décourageant, non ?
Monsieur Lartet fils donc, après des fouilles minutieuses, communique le 21 mai 1868 à la Société d’Anthropologie ses conclusions sur la découverte des squelettes d’un vieillard, de deux hommes adultes, d’une femme et d’un fœtus. Ils les situe à l’âge immédiatement antérieur à l’époque artistique. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ?

Datation actuelle de l’homme de Cro-Magnon, référence de l’homo sapiens-sapiens : – 50.000 ans

L’anthropologie naît avec le transformisme et la théorie de l’évolution

Les espèces vivantes ont-elles pu varier au cours des âges sous l’action de causes extérieures ? Apparue dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, la thèse du transformisme est une menace contre l’orthodoxie chrétienne, donc contre la stabilité sociale. Au XIXe, Cuvier affirme toujours : « Il ne peut exister de fossiles d’hommes ». Donc, lorsqu’on en découvre, on fait comme si on ne les avait pas trouvés.
Quand, en 1844, Chambers écrit que les fossiles sont la preuve d’une transformation continue de ce que Dieu a créé, c’est le scandale. Le transformisme a contre lui l’Église, les savants furieux de ne pas y avoir pensé plus tôt, les positivistes qui réclament des preuves, et les lamarckistes, qui sont d’accord sur l’évolution mais pas sur les voies empruntées.
La découverte du crâne de Néanderthal, puis le succès de L’origine des espèces, de Darwin, servent de révélateurs. Le transformisme gagne partout du terrain sauf en France qui reste enlisée dans ses querelles.
Tout le monde comprend bien que la théorie de l’évolution est une clef pour étudier les phénomènes géologiques, les transformations des animaux et des plantes, les origines des races et enfin les origines de l’homme!
L’acceptation de la notion de variabilité dans la nature coïncide avec les transformations révolutionnaires de la société. Reste à expliquer comment se produisent ces variations. On piétine jusqu’à ce que Weissmann, en 1883, explique qu’elles se font spontanément, qu’une sélection naturelle s’opère sur ces espèces variées, éliminant les changements les moins favorables. Les caractères acquis ne sont pas héréditaires. Les lois de Mendel, passées inaperçues en 1865, sont redécouvertes en 1900 et permettent de comprendre comment un ovule et un spermatozoïde peuvent contenir l’information nécessaire à la conservation de la forme biologique d’une génération à l’autre. L’évolutionnisme (le mot est employé après Lamarck et Darwin) s’établit lentement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: