La bourrache

Bourrache © Secrets de plantes

Bourrache © Secrets de plantes

La bourrache à fleur bleues, ou bourrache officinale ou buglosse à larges feuilles, Borago officinalis, de la famille des Boraginaceae, est une herbe aux tiges et aux feuilles hérissées de poils, elle est désagréable à toucher – on la nomme aussi « langue de boeuf »-, mais ses fleurs sont d’un tel bleu ! Originaire du Levant, elle croît naturellement au soleil, dans les lieux cultivés. Une arille sucrée entoure sa graine et l’avidité des fourmis pour cette saveur a vite fait de la disperser aux quatre coins du jardin.

Usages

Jadis, au printemps, les herboristes vendaient un « jus d’herbes dépuratif » dont elle faisait partie.
En début de croissance, on la recommande comme émolliente; plus tard, la plante entière fleurie, en infusion, a été employée pour toute affection due au froid, accompagnée de fièvre et dans des maladies telles que scarlatine, rougeole et varicelle.
Elle fait partie de la classique “tisane des 4 fleurs », parfaitement efficace, bue à longueur de journée, lors des rhumes, bronchites, grippes.
Les jeunes feuilles sont consommées en salade – la plante fraîche a un goût de concombre tirant sur celui de fruit de mer-, en potage ou en épinards. C’est un vieux légume encore utilisé par les Allemands dans les soupes et les omelettes ou en beignets.
Les fleurs fraîches sont du plus bel effet dans les salades, mais elles peuvent aussi être candies comme des violettes.

Composition chimique et usages actuels

Les semences contiennent :
– des lipides (le rendement en huile varie selon le mode d’extraction et le degré de maturité des graines) : des triglycérides constitués d’acides gras :
. 18 à 25 % d’acide gammalinolénique
. 30 à 40 % d’acide linoléique
. 15 à 20 % d’acide oléique
. 9 à 12 % d’acide palmitique
. 3 à 4 % d’acide stéarique
– des alcaloïdes de type pyrrolizidinique : thésinine, amabiline
– une fraction insaponifiable qui représente 1 à 2 % de l’huile
Les semences de bourrache produisent une huile anti-inflammatoire et cicatrisante qui possède de plus des propriétés anti-ichtyosiques.
L’huile de bourrache est aussi reconnue pour son activité emménagogue. C’est également un excellent fortifiant.

Usages pharmaceutiques
Riche en acides gras insaturés, l’huile de bourrache est souvent utilisée en diététique comme complément alimentaire.

Usages cosmétiques
L’huile de bourrache est recherchée pour sa teneur en acides gras insaturés qui jouent un rôle fondamental dans la synthèse des eicosanoïdes et des constituants membranaires.
Sous forme de capsules, elle est souvent préconisée dans le traitement des problèmes de la peau et des phanères : elle est indiquée en prévention du vieillissement et de l’apparition des ridules, contre la déshydratation et la perte d’élasticité de l’épiderme.
Elle est notamment recommandée pour ses fonctions hydratantes et anti-âge.
Elle possède des propriétés régénérantes, raffermissantes et restructurantes.
En formulation, elle participe à l’élaboration de la phase grasse : elle est par conséquent très intéressante pour les peaux sèches, abîmées ou fatiguées, de même que pour les cheveux secs ou permanentés.

Folklore

Le nom de la bourrache dériverait selon certains de « abou-rach », nom arabe qui signifierait « père de la sueur » et illustrerait la propriété sudorifique de la bourrache. Ou mieux, du latin « cor ago » qui veut dire : « je stimule le coeur »; plante cardiaque, elle est sensée dissiper toute mélancolie et rendre l’homme gai et joyeux.
Portée sur soi fraîche, elle est un bon talisman : elle vous rendra courageux si vous devez affronter un personnage hostile, traverser une région mal famée, accomplir une escalade difficile ou descendre une rivière dangereuse.

Recettes

Recette médiévale

Ingrédients:
bourrache feuilles jeunes
épinards
bettes
lait d’amandes
chair de tanche
safran
sucre

“Prendre de la bourrache, des épinards et des blettes et autres plantes semblables.
Mettre à bouillir dans l’eau froide puis jeter l’eau.
Il faut les hacher fermement au couteau
Les remettre ensuite à cuire dans du lait d’amandes et en mettant dedans de la chair de tanche hachée.

Met idéal en temps de carême avec les épices et du safran, en ajoutant du sucre.”

Tisane sudorifique

Ingrédients:
fleurs de bourrache
eau bouillante

Deux fortes pincées de fleurs de bourrache dans un litre d’eau bouillante infusées pendant une demi-heure ou trois quart d’heure forment une excellente tisane sudorifique.
Cette infusion, à raison de 3 ou 4 tasses par jour, tièdes ou chaudes est également efficace contre les abcès.

Salade folle

Ingrédients:
laitue
vinaigrette

fleurs de bourrache
fleurs de capucine

On peut orner une simple salade de laitue de fleurs de bourrache et de capucine. Ornement innocent et séduisant. Goût étonnant entre chair d’huître et concombre.
Prendre soin d’assaisonner et de remuer la salade avant d’y ajouter les fleurs.

Jus d’herbe dépuratif de printemps

Ingrédients :
feuilles fraîches de cresson,
feuilles fraîches de pissenlit
feuilles fraîches de bourrache

Passez au mixeur, laissez décanter, buvez fraîchement préparé.
Jadis, au printemps, les herboristes vendaient ce jus d’herbes dépuratif.

Vin de bourrache

Les Anglais mêlent bourrache et vin de Bordeaux pour en faire un « vin rouge aux herbes » susceptible de dissiper les humeurs noires et « de réjouir le sévère chercheur ».

Cuisiner les feuilles de bourracheDepuis le moyen âge, dans toute l’Europe, on cuisinait les  jeunes feuilles de bourrache, les ajoutant au potage ou les préparant en friture.

Il est important de ne prendre que des feuilles jeunes de printemps car sur les feuilles vieillies ou en fin de saison se développent de très jolis cristaux arrangés en pyramides (visibles au microscope) dont il est impossible de se débarrasser : ils empêchent alors toute préparation culinaire.

Vertus de la bourrache selon les époques

Au printemps, la bourrache, cueillie dans des lieux ombragés, est comestible et très émolliente.
Lorsqu’elle est en fleurs, elle est regardée comme apéritive, dépurative et sudorifique.
A l’automne, la bourrache en fruits, surtout dans les terrains secs, est riche en nitrate de potassium : elle est employée comme diurétique. Elle n’est plus comestible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: