Les ponts sur la Marne

pont sur la Marne

pont sur la Marne

La direction des Routes met au concours la construction de cinq ponts dont la seule condition est le respect d’un gabarit de navigation de 4,10 m au-dessus des plus hautes eaux sur 25 m de largeur ; ils sont tous longs de 76 à 80 m.

caractéristiques:
Cinq ponts à béquille
dimensions : de 76 à 80 m
durée du chantier : 1947 – 1950
ingénieur: Eugène Freyssinet, entreprise: Campenon-Bernard
Après la démonstration faite au pont de Luzancy, achevé en 1946, Freyssinet répond au concours de construction des ponts, également sur la Marne, de Ussy, Changis, Trilbardou, Esbly et Annet, à l’aval de Meaux.

Pour la première fois, un pont est construit sans cintre, ni lançage. Béquilles et tronçons sont positionnés à la fois par les câbles de précontrainte provisoire et par les haubans jusqu’à la mise en place de tous les éléments et à leur précontrainte définitive.

Commencés au printemps 1947, les ponts sont mis en service de mai 1949 à décembre 1950, malgré les pénuries de toutes sortes.

Chantier

construction des ponts sur la Marne

construction des ponts sur la Marne

Freyssinet propose à Campenon-Bernard de réaliser ces ponts par éléments moulés dans une usine volante et amenés par voie d’eau.
Ce sont de ponts à béquilles obliques courtes, réalisées à partir de tronçons de poutres, assemblés à terre de façon à former des poutres préfabriquées entretoisées, mises ne place deux par deux ou trois par trois pour assurer leur stabilité.
Un hourdis général est coulé et l’ensemble est solidarisé par de la précontrainte.

construction des ponts sur la Marne

construction des ponts sur la Marne

Pendant la durée des travaux, l’usine est établie dans une boucle de la Marne à Esbly. Elle comprend huit postes de bétonnage avec des coffrages en tôle raidie pour résister aux vibrations, et équipés d’un circuit de vapeur d’eau pour accélérer la prise du béton.
Chaque pont est constitué de six poutres en I, chacune constituée de trente-deux voussoirs de 3,8 t à 1,8 t.  Une fois prêts, les voussoirs sont assemblés pour constituer l’un des six tronçons de chaque arc. Ils sont alors stockés, puis acheminés à pied d’oeuvre par péniche et levés en place par un système de câblage inventé par Freyssinet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: