La fusillade de Fourmies

Fusillade de Fourmies

Fusillade de Fourmies

Fourmies : mot sanglant qui illustre tragiquement le 1er mai 1891
Le syndicalisme commence à s’organiser. Pour la première fois en 1890, se déroule la fête du travail. Dans le monde entier et sans incident. Mais en 1891, à Fourmies, c’est le drame. A la demande du patronat, deux compagnies d’infanterie sont envoyées pour parer à toute éventualité.
Qui a lancé des pierres sur la troupe ? « L’officier qui avait été assez malheureux pour se trouver dans la triste nécessité d’obéir à un impérieux devoir » a-t-il fait tirer sans sommation ?
La Chambre refuse l’ouverture d’une enquête parlementaire. Les victimes sont nombreuses : neuf morts dont deux enfants et un vieillard, et plus de cinquante blessés. Le ministère n’y voit que des « faits regrettables ». Le socialisme y puise de nouvelles forces pour développer sa stratégie de la grève organisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: