Le ciste ladanifère

ciste ladanifère © Secrets de plantes

ciste ladanifère © Secrets de plantes

Le ciste, Cistus ladaniferus, de la famille des Cistaceae, est un arbrisseau qui peut mesurer jusqu’à 2 m de hauteur, au feuillage persistant et légèrement visqueux, dégageant une odeur thérébenthacée assez forte. Ce feuillage est composé de feuilles étroites (moins de 2cm), longues de 5 à 10cm, sessiles et lancéolées, vertes au-dessus mais blanchâtres en dessous. Au printemps, des fleurs blanches tachées de pourpre en leur centre, plutôt grandes (5 à 10cm),  portant trois sépales arrondis et velus, s’ouvrent aux extrémités des rameaux.
Adepte des climats arides, il est présent dans les sols sableux et secs des régions méditerranéennes : on le trouve à l’état naturel en France, en Espagne, au Portugal en Grèce et en Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie).
Il a également été introduit dans de nombreux autres pays.

Usages

Ce ciste fournit une gomme : le ladanum, exsudats naturel sécrété au niveau de ses feuilles et de ses fleurs qui sont , elles-mêmes, couvertes de glandes nectarifères. On récupère ce ladanum en faisant bouillir les sommités fleuries dans de grands chaudrons remplis d’eau. On obtient une pâte de couleur verte ou noirâtre au goût très amer et à l’odeur caractéristique, familière à tous ceux qui se sont promenés dans les régions méditerranéennes au printemps.
Cette gomme était utilisée jadis comme stimulant, astringent, hémostatique et révulsif. Elle entrait dans la composition du “ baume hystérique ”.
La plante est riche en huiles essentielles contenant de nombreux monoterpènes. Son extrait alcoolique est utilisé en friction sur la peau comme apaisant et adoucissant.
Aujourd’hui le ladanum n’est plus guère utilisé que dans la parfumerie comme fixateur en particulier dans la fabrication de certains savons.
On l’utilise aussi pour parfumer viandes et boissons.

Folklore

Les Anciens (Théophraste et Dioscoride) connaissaient le ciste sous le nom de kisthos, mot venant peut-être de kistê (boîte, capsule). Les Romains en ont tiré cistus, dont nous avons fait “ciste”. Le ladanum était connu dès l’Antiquité. Il a été utilisé par les médecins arabes et persans et on l’emploie encore de nos jours en Orient.
Autrefois, on récoltait cette résine grâce aux chèvres qui allaient brouter dans les régions où poussaient les cistes : il suffisait de leur peigner régulièrement la barbichette pour recueillir la précieuse matière. Un autre moyen était employé : on faisait passer des lanières de cuir sur les plantes, au moment des fortes chaleurs : le ladanum se collait à ces lanières, on le récupérait en raclant le cuir au couteau.

Recettes

Ciste aromate

Une baie de genièvre dans la choucroute révèle son parfum seulement lorsqu’elle est croquée, la même séchée et moulue devient épice en aromatisant une viande. De même en sera-t-il pour les feuilles de cistes séchées : broyées, elles épiceront la cuisson des viandes blanches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: