Les enjeux français au Moyen Orient au XIXe

Lesseps et Napoléon III

Lesseps et Napoléon III

Une ouverture diplomatique

Projet retenu sous Napoléon Ier, sur une idée reprise par Saint-Simon, l’entreprise du canal de Suez est d’un intérêt mondial : »Suez sera le centre de notre vie de travail ; c’est là que nous ferons l’acte que le monde attend pour confesser que nous sommes mâles. »
Mais, en 1854, le projet n’est pas plus avancé qu’en 1847 malgré la constitution d’une société civile chargée de l’étude des travaux.
C’est alors que Lesseps entre en scène : il est consul à Alexandrie, ami du prince Saïd ; il obtient un acte de concession, conscient aussi que l’affaire de Suez doit « conserver son caractère d’initiative égyptienne en dehors des complications de la diplomatie européenne. »
Malgré l’opposition ouverte et déclarée des Anglais (1857), la Compagnie Universelle du Canal de Suez est constituée le 15 décembre 1858. La souscription est ouverte depuis le 5 novembre. « La souscription est ouverte ! »CD27_063Présence française au Proche-Orient

Les déplorables événements dont le Liban est le théâtre (massacre des chrétiens maronites et des jésuites par les Druses, encouragés par les fonctionnaires turcs et les représentants britanniques) ont vivement préoccupé les esprits. Les rapports ne laissent aucun doute sur l’intention bien arrêtée des Druses d’en finir avec les populations chrétiennes de la montagne.
La France est la première à prendre parti pour les maronites et le gouvernement français s’est concerté avec les autres puissances européennes pour intervenir.
Le corps expéditionnaire français débarque le 26 août 1860 à Beyrouth puis occupe la Syrie. Le gouvernement français réaffirme ainsi le droit des peuples à être protégés, défend les intérêts chrétiens et renforce sa présence au Proche-Orient (Suez n’est pas loin).

C’était au XIXe….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: