L’infaillibilité pontificale

Dogme de l'infaillibilité pontificale

Dogme de l’infaillibilité pontificale

L’Eglise absolutiste

Le pape Pie IX annonce son intention de convoquer à Rome un concile œcuménique. Officiellement, il s’agit de confirmer la restauration de la société chrétienne qu’il a entreprise depuis le début de son pontificat, entraînant l’Eglise dans la voie de l’absolutisme.
En fait, la vraie question à l’ordre du jour est celle de l’infaillibilité pontificale. Mais des rapporteurs partiaux, une acoustique déplorable, totalement inadaptée aux discussions collectives, des délibérations secrètes et souvent en langue latine ne favorisent pas la clarté des débats qui finissent par s’enliser.Une opposition « anti-infaillibiliste s’organise ; les catholiques libéraux, d’abord favorables au concile, commencent à s’émouvoir, les gouvernements aussi. Le rapporteur proclame : « Le pape porte l’Église, il est donc infaillible. »
Il fait très chaud à Rome ce jour-là (le 18 juillet 1870) ; les opposants se sont déjà retirés. La France vient de déclarer la guerre à la Prusse et fait évacuer sa garnison de Rome. Les Italiens vont pouvoir y entrer. Pie IX suspend le concile, mais le dogme de l’infaillibilité a déjà été promulgué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: