La grande consoude

Consoude © Secrets de plantes

Consoude © Secrets de plantes

La grande consoude ou langue de vache, ou oreille d’âne, ou herbe à la coupure, Symphytum officinale , de la famille des Boraginaceae,  est une belle plante vivace de 40 cm à 1 m de hauteur, qui pousse dans les terrains humides, dans les caniveaux ou en bordure des bois de toute l’Europe. Abondante ici, elle peut être inexistante ailleurs. Elle est hérissée de poils rudes sur toute sa surface. Le rhizome est noir à l’extérieur, blanc et pulpeux à l’intérieur et contient un jus glutineux. A partir d’une ample rosette, elle développe des feuilles alternes en forme de faux, épaisses et presque spongieuses. Ses fleurs en cymes scorpioïdes sont blanches, mauves, rosées, violettes ; à Stockholm, elles sont bleu céleste. Le fruit est brillant et noirâtre.

Usages

De la consoude on utilise la racine et les feuilles.
L’extraordinaire pouvoir cicatrisant de sa racine et de ses feuilles est connu depuis l’Antiquité : Dioscoride la dit vulnéraire, propre à souder les plaies et à guérir les hémorragies de toutes sortes. Sa vogue de vulnéraire perdure du moyen âge jusqu’au XVIe s., après quoi, sauf dans les campagnes où elle reste un remède de choix dans les hémorragies utérines sans gravité, elle tombe dans un oubli total. Au début du XXe s., un médecin anglais, l’utilisant avec un franc succès sur des §ulcères§ en fit découvrir la substance active, l’allantoïne.
Aujourd’hui elle sert à soigner les ulcères d’estomac, aide les plaies à se cicatriser, atténue rapidement la douleur des brûlures, les gerçures des seins, les fissures anales. Les cataplasmes de racine fraîche sont tout particulièrement efficaces et guérissent une plaie en moins de 24 h.

Les feuilles jeunes de la consoude ont été utilisées en condiment dans la salade et dans la soupe ou en épinards.

La consoude teint en un brun solide les lainages et la racine fournit un fard rouge pour les lèvres.

Composition chimique et usages actuels

La feuille contient :
– des glucides principalement des osides : gomme
– des composés phénoliques : des tanins
– des terpénoïdes : triterpènes : saponines et stéroïdes (sitostérol)
– 0,15 % d’alcaloïdes
– de l’allantoïne
La feuille est anti-diarrhéique, anti-prurigineuse et anti-inflammatoire. On la considère aussi veinoprotectrice.

Utilisations pharmaceutiques
La feuille est employée contre les dermatoses.

Utilisations cosmétiques
La feuille est adoucissante et astringente. On la recommande dans :

– des produits pour les cheveux gras
– des produits pour le corps et les mains
– des produits pour le visage principalement pour les peaux grasses et mixtes

Folklore

Le nom de consoude est dérivé du latin « consolidare », consolider et « symphytum » est la forme latinisée du grec « symphytô », qui signifie unir en un tout.

Elle peut être le symbole de l’union.
Un « mai »de racines de consoude signifie que celui qui épousera la jeune fille, sur la fenêtre de laquelle a été déposée la plante, n’aura pas une vie de tout repos mais plutôt pleine de plaies et bosses.
La racine de consoude est portée sur soi en talisman lors de voyages et pour obtenir des succès d’argent.

Recettes

Poisson végétal

Des feuilles d’âge moyen, de même taille, collées dos à dos, servent, en beignets, à réaliser un vieux plat allemand.
Le résultat évoque les soles frites.

Beignets de consoude

Ingrédients
feuilles de consoude adultes de même taille
frangipane
eau de vie
pâte à frire
huile

Introduire une frangipane relevée d’eau de vie entre deux feuilles de même taille. Plongez le tout dans la pâte à frire puis dans l’huile portée à température convenable. Laissez dorer. Servir tiède saupoudré de sucre.

Consoude en épinards

Ingrédients
jeunes feuilles de consoude
racines de jeune consoude
beurre
eau
citron

Cueillez au printemps des feuilles et des racines de jeune consoude. Mettez-les à bouillir dans de l’eau salée jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Dressez le plat de feuilles en le décorant avec les racines. Versez dessus un beurre fondu et arrosez d’un trait de citron.

Cicatrisation

Sur une plaie poser une racine de consoude fraîche nettoyée et contusée. En quelques heures la plaie se referme et la peau se reconstitue.

Vous pouvez en fabriquer (ou en acheter) une pommade mais le plus efficace, presque miraculeusement, c’est la racine fraîche d’une consoude cueillie en haute montagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: