Haussmann et la sécurité

Inauguration de la cité ouvrière

Inauguration de la cité ouvrière

Sécurité sécurité ! Qu’y a-t-il de nouveau depuis 1860?

Les anciens pavillons d’octroi tombent sous le marteau des démolisseurs. Depuis le 1er janvier 1860, l’annexion des villages compris entre l’ancien mur d’octroi et les fortifications, double la superficie de la ville de Paris. Le nombre des arrondissements passe de douze à vingt. On pourra se marier à la Mairie du 13e, mais cela changera de signification. Avant 1960 cette expression signifiait que l’on vivait en concubinage
Vingt cinq kilomètres de boulevards sont prévus. L’extension de Paris aux dépens de la « zone » comme le dit Haussmann permet d’améliorer la voirie, mais aussi l’efficacité de la police.

Paris au XIXe

Paris au XIXe

Les transformations de Paris au XIXe

« Allons bon ! Voilà qu’ils m’ont changé le nom de ma rue pendant que j’étais au spectacle ! » Le Parisien ne sait plus où il habite. Le préfet de la Seine, Haussmann, entreprend la transformation de Paris. A l’Hôtel de ville, un petit plan crayonné par Napoléon III va l’inspirer.
Il faut déplacer le centre, malsain et encombré. Il faut croiser les voies, percer les rues en ligne droite, tracer des étoiles autour des grandes places, dresser des gares aux portes de la ville. Il faut transformer les buttes en plaines, embellir, offrir un bois aux bourgeois (Boulogne) et un bois aux artisans (Vincennes).
La Seine rose et verte sous les ponts neufs cesse d’être un cloaque : on distribue l’eau de boisson, l’eau domestique et industrielle : tout passe par le nouveau collecteur d’Asnières. Le paysan de La Chapelle devient parisien ; il subit l’extension de Paris par l’annexion de onze communes. Haussmann entoure la capitale d’un anneau ferroviaire : la Petite Ceinture.
L’Empereur veut un cœur neuf pour Paris : les Halles, « Un parapluie, rien de plus », commande-t-il à l’architecte Baltard, voué de ce fait à l’ossature métallique.
Après la guerre de 1870 et la semaine sanglante, l’Hôtel de ville est reconstruit, les Tuileries disparaissent. La Tour Eiffel prend sa place dans le paysage. La tuberculose succède au choléra dans les îlots insalubres. Le métro serpente souterrainement.
En 1913, la loi sur les Monuments historiques freine d’irréparables destructions. Mais la première ville moderne du monde est née, fille du visionnaire Napoléon III et des Comptes fantastiques d’Haussmann.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: