Paul Claudel et Dieu

Paul Claudel

Paul Claudel

Le 25 décembre 1886, Paul Claudel se convertissait à Notre-Dame! Difficile à croire que ce diplomate qui n’a pas hésité à faire enfermer sa soeur ait soudain eu la révélation de Dieu! Conséquence d’un petit accident vasculaire cérébral lorsqu’il a pris froid dans l’église, remords?

Trois ans plus tard, il écrit Tête d’Or, le chant d’un conflit.

« Quand j’eus fini ce livre, je me sentis vaincu, et qu’il fallait céder. La grande crise de ma vie était terminée ».« Tête d’or », c’est le chant d’un conflit, au cœur du poète : il veut croire, se convertit le 25 décembre 1886 et parvient enfin, trois ans plus tard, aux gestes simples de la manifestation de sa foi.
Tête d’or, l’aventurier, le parvenu, s’empare du pouvoir : il tue le roi légitime, laisse s’échapper la princesse.
Animé du désir incessant de conquête, il soumet l’Europe et s’enfonce dans l’Asie. Mais son armée se débande devant les Barbares : Tête d’or résiste ; mourant, il rallie l’armée et remporte la victoire. Sur le champ de bataille, il retrouve la princesse crucifiée par un soldat déserteur : de ses dents il arrache les clous qui la tiennent attachée et meurt dans ses bras.
Suprême dialogue : effort brisé, déchéance, victoire accomplie de l’homme nouveau ; sommet, aussi, du symbolisme, associé au culte de l’énergie.
Bloc énigmatique, ce drame est tiré à cent exemplaires en 1890.
Claudel en écrira plus tard une seconde version.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: