Frêne, pour vivre vieux

branche de frêne © Secrets de plantes

branche de frêne © Secrets de plantes

Le frêne, ou quinquina d’Europe, Fraxinus excelsior, de la famille des Oleaceae, fait partie d’un groupe d’arbres très évolués, les derniers apparus sur terre. Il habite les bois, les haies et les ravins, préfère les terres argileuses et ne se trouve plus au-dessus de 1500 m. Ce bel arbre à l’écorce lisse et grisâtre atteint jusqu’à 35 m de haut. De gros bourgeons très noirs et veloutés caractérisent cette essence. Ses feuilles caduques sont composées de 7 à 15 folioles opposées. D’avril à mai apparaissent, avant les feuilles, des fleurs en panicules latérales opposées et courtes, parfois hermaphrodites, parfois unisexuées.
Elles n’ont ni sépales, ni pétales mais des étamines à anthères dont la couleur varie du brun au pourpre noir et un ovaire globuleux prolongé par une petite aile tendre. En septembre pendent des samares : une graine brune est enclose dans un renflement de leur base et la partie supérieure est devenue une longue aile membraneuse. Elles demeurent souvent en bouquets noirâtres d’une année sur l’autre.

Usages

On utilise feuilles, écorce, semences. La feuille devrait être cueillie en mai.
La feuille de frêne est diurétique, reminéralisante et tonique et a été efficacement employée contre la goutte, les rhumatismes et les coliques néphrétiques. On l’utilisait également comme laxatif léger et sudorifique.
On emploie son infusion en compresses en cas de morsures de serpent.
Les semences auraient les mêmes emplois mais seraient plus actives pour une proportion moindre de produit.
L’écorce, récoltée au printemps sur des rameaux de 3 à 4 ans, était séchée au soleil. Elle est aromatique, amère, tonique, astringente et fébrifuge d’où son nom de « quinquina d’Europe ».
Son feuillage est un excellent fourrage d’automne pour les bestiaux et il est très apprécié lors des grandes sécheresses.
Bois réputé pour sa dureté, il a beaucoup servi à faire des armes, des skis, des ouvrages d’ébénisterie et de la boissellerie.
Le frêne qui est un très bel arbre, est planté dans les parcs.

Composition chimique et usages actuels

L’écorce de frêne renferme :
– des glucides constitués d’oses (mannitol)
– des composés phénoliques dont :
. des phénols (syringoside)
. des tanins
. des coumarines simples : esculoside, fraxétine, fraxinol, fraxidine, isofraxidine et fraxine
– des traces d’huile essentielle
L’écorce est tonique, anti-helminthique, apéritive et antipyrétique.

Usages pharmaceutique

L’utilisation de l’écorce est désuète, mais on l’emploie encore en médecine populaire contre les accès de fièvre.

Usages cosmétique

Les extraits de l’écorce de frêne sont utilisés pour leurs vertus antiseptiques, astringentes, décongestionnantes et tonifiantes. Cet ingrédient entre dans la préparation de :
– produits pour le visage destinés aux soins des peaux grasses et couperosées, crèmes pour le contour des yeux

Folklore

Fraxinus vient du grec « fraxis », haie, clôture : ce sont des arbres qui, poussant dans les haies et faciles à travailler, servaient à établir les clôtures. Excelsior signifie « élevé » en latin.
Dans les régions nordiques, le frêne Yggdrasil jouait un grand rôle mythologique. Il couvrait le monde entier de ses rameaux et ombrageait le tribunal des dieux., tandis que sous ses racines vivaient les Parques, maîtresses des destinées.
Les guerriers  du Nord en fabriquaient des lances qui devaient les rendre invincibles. Homère disait bien que le javelot d’Achille était en frêne.
Dérive de ces croyances anciennes, le frêne est souvent utilisé en magie. Porter un bracelet en écorce de frêne protège des maléfices. Les baguettes magiques destinées aux guérisons sont faites d’un rameau de frêne. Son bois est des plus recherchés pour la bûche de Noël, car il entraîne la prospérité pour toute la maisonnée.
Matthiole conseille de porter sur soi une feuille de frêne ou de suspendre ses rameaux dans l’étable.

Recettes

Frênette

Ingrédients pour 1 tonneau de 60 litres
1,5 kg de sucre cristallisé
250g de sucre candi
50g de feuilles de frênes séchées
25g d’acide tartrique
25g de chicorée
30g de levure de bière.
quelques feuilles de ronces séchées

Préparez une décoction très concentrée de chicorée. Mettez ensuite à infuser les feuilles de frêne dans 1 litre d’eau bouillante pendant 30 minutes.
Faites dissoudre l’acide tartrique dans 2 verres d’eau chaude.
Faites bouillir 2 litres d’eau additionnée de miel ou du sucre que vous verserez dès dissolution, dans le tonneau.
Ajoutez le chicorée, l’infusion de feuilles de frêne et l’acide tartrique. Faites le plein du tonneau avec de l’eau bouillante. Ajoutez à froid la levure dissoute dans un peu d’eau tiède et brassez la préparation. Laissez la bonde ouverte juste protégée par une compresse.
Brassez chaque jour. Préparez des bouteilles supportant de fortes pressions (bouteilles à cidre, à bière ou à champagne). Équipez-les d’un système de fermeture à cannette.
En fin de fermentation ( écoutez : si vous n’entendez plus de bulles il n’y a plus fermentation,  9 à 10 jours environ) et par temps clair, soutirez.
Versez dans des bouteilles à agrafes que vous stockerez debout à la cave pour conservation.
Vous pourrez la boire à partir du quinzième jour.
La frênette se conserve environ 6 à 8 mois.

Tonique, apéritive, diurétique, laxative, sudorifique, rafraîchissante, fébrifuge, antirhumatismale, cette véritable boisson de santé qui tenait nos pères « en forme « remplace agréablement (et sans accoutumance !) les boissons toniques venues d’outre-Atlantique. Vous apprécierez tout particulièrement cette boisson de moissonneurs les chaudes journées d’été.

Contre la mauvaise haleine et les mauvaises odeurs

Contre la mauvaise haleine, on peut mâcher une feuille de frêne et pour ne pas être incommodé par les exhalaisons des pieds malodorants, il suffit d’en glisser quelques feuilles dans les chaussures.

Samares de frênes

Les jeunes pousses peuvent être consommées en salade ou en haricot vert comme les toutes jeunes §samares§.
On les confit également à la manière des câpres.
Ingrédients :
1 bocal de samares
1 litre d’eau salée
1 bocal de vinaigre de cidre
1 cuillerée de poivre en grains
1 ombelle de fenouil

Décoction d’écorce

Décoction de
20 à 60g d’écorce de frêne
par litre d’eau
Laisser bouillir 5 minutes et prendre 3 tasses avant chaque repas.
Tonique et fébrifuge

Pour vivre vieux

Infusion de 30 à 40g de feuilles sèches de frêne
par litre d’eau

On peut y associer menthe, cassis et reine des prés pour une même action diurétique et anti-rhumatismale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: