Garance

Garance © Secrets de plantes

Garance © Secrets de plantes

La garance, Rubia tinctorum, de la famille des Rubiaceae, dite garance des teinturiers, vient d’Orient ; elle habite, jusqu’à 1000 m, les haies et les buissons, préférant les terrains calcaires .
On la trouve en France, du midi jusqu’en Auvergne, subspontanée ailleurs, car autrefois elle fut cultivée en grand pour la teinture, en particulier Alsace-Lorraine et dans les régions de Lyon, d’Avignon et de Montpellier. Elle pousse également dans le bassin méditerranéen jusqu’en Perse et dans l’ouest de l’Afrique.

C’est une plante herbacée, vivace qui, froissée, dégage une odeur d’absinthe. Sa racine rampante, rouge, émet des rejets. Sa tige est couchée ou grimpante, atteignant souvent jusqu’à 1 m et plus de longueur ; elle est à 4 angles et munie d’aiguillons crochus. Les feuilles sont verticillées par 4 à 6, glabres, assez grandes, lancéolées, annuelles, fines, membraneuses, munies d’aiguillons crochus sur les bords et sur la face inférieure de la nervure médiane. Elle fleurit de juin à août : les fleurs sont très petites, en cymes axillaires et terminales, bisexuées, d’un jaune assez vif. Le fruit est constitué de 2 baies noires, grosses comme un pois, soudées.

Usages

On se sert de la racine. Dioscoride, Pline et Galien l’indiquaient déjà comme puissant diurétique, emménagogue et cholagogue.
Au moyen âge, Sainte Hildegarde y voit un fébrifuge. Elle fait partie des 5 racines apéritives.
A la Renaissance, la garance redevient le remède de la jaunisse, des maladies du foie et de la rate et de diverses maladies de peau.
Cazin ne la juge plus que tonique et astringente.
Aujourd’hui on pense cette racine purgative et cholérétique avec augmentation de la diurèse et action anti-inflammatoire. Elle est utilisée dans les affections rénales et de la vessie comme désinfectant et sédatif, pour les néphrites, cystites, états congestifs, calculs rénaux et urinaires, phtisies et en cas de rhumatisme articulaire.
La plante est également emménagogue, tonique et apéritive.
Son colorant est actif sur les dermites cancéreuses. La plante agit dans les laryngites avec lésions graves et toutes les manifestations tuberculeuses accessibles de la peau et des muqueuses.
Elle arrête les hémorragies internes et était employée par les Arabes pour faciliter l’accouchement.
La garance est un colorant, elle teint en rouge le lait et les os des bestiaux qui en consomment. On en tirait une encre. Les Romains l’utilisaient pour teindre en rouge laine et cuir. Les Gaulois en tiraient une teinture violette en la mélangeant au pastel. Le rouge garance fut longtemps employé dans l’armée française pour teindre les uniformes.

Composition chimique et usages actuels

La racine renferme :
– des glucides, particulièrement des oses et osides (gomme, pectine)
– des protides : enzymes qui scindent l’acide rubérythrique en alizarine et glucose
– une faible quantité de lipides
– des matières minérales dont le calcium
– des acides organiques : acide citrique
– des composés phénoliques, notamment des quinones dont 1,6 % de dérivés anthracéniques : acide rubérythrique (glucoside de l’alizarine), glucosides de la rubiadine, de la purpurine, de la chinizarine et de la christofine
– des résines

Utilisations pharmaceutiques
En usage externe, on emploie la garance dans le traitement des plaies et des ulcérations.

Utilisations cosmétiques
La garance est réputée pour ses activités pigmentantes. On lui attribue également des propriétés adoucissantes, antiseptiques, purifiantes et tonifiantes.
Les extraits de garance entrent dans la composition de :
– produits capillaires destinés aux cheveux mous et plats
– produits d’hygiène bucco-dentaire
– crèmes pour peaux matures, fatiguées ou ternes

Folklore

Rubia, du latin « ruber », rouge et « tinctorium », des teinturiers, indiquent la couleur des racines et de la teinture qu’elles fournissent.
La plante était déjà employée comme tinctoriale par les anciens Perses, Égyptiens et Hindous et elle était cultivée par les Grecs et les Romains. En France, sa culture débuta au moyen âge, puis fut abandonnée ultérieurement. Elle redémarra au milieu du XVIIIe siècle pour connaître son apogée au XIXe siècle (70 000 tonnes de racines furent produites en1868, dont la moitié pour la France).
La garance fut longtemps employée pour teindre les uniformes militaires, ce qui se révéla catastrophique quand arriva le temps des fusils à longue portée, le rouge des uniformes étant devenu une cible idéale.
Son utilisation médicinale est, elle aussi, très ancienne puisque Hippocrate (Ve s. av. J.-C.) puis Dioscoride et Galien la conseillaient déjà. Elle varie au fil des siècles et les vertus annoncées par les Anciens sont aujourd’hui prouvées scientifiquement.
La médecine des signatures justifie l’action hémostatique de la garance par le rouge de sa racine.
Quand les moutons ont brouté cette plante, leurs dents paraissent comme souillées du sang de quelque victime : souvent la méchanceté profite habilement d’une apparence trompeuse pour calomnier l’innocence elle-même, d’où ce symbole de calomnie attribué dans le langage des fleurs à la garance.
Garance est le prénom de l’héroïne, incarnée par Arletty, du célèbre film de Marcel Carné: “Les Enfants du Paradis”.

Recettes

Contre l’acide urique

Lorsque l’acide urique est produit en trop grande quantité par l’organisme et ne peut plus être éliminé par les urines, son taux augmente dans le sang pouvant causer en particulier de nombreux désordres articulaires.
En plus d’un régime, on pourra utiliser la décoction suivante:

20 g de garance
70 g de paliure
10 g de verge d’or

Mettre quatre cuillerées à soupe de ce mélange dans 1 litre d’eau froide.
Laisser bouillir 2 à 3 minutes.
Retirer du feu.
Infuser 10 minutes.
Boire la tisane chaude en 4 fois dans la journée.

On peut également utiliser une décoction de garance
à raison de 20g de racine par litre d’eau pour préparer le terrain pour l’accouchement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: