Géranium Robert

Géranium Robert © Secrets de plantes

Géranium Robert © Secrets de plantes

Le géranium Robert ou Bec de grue ou Herbe à l’Esquinancie, Geranium robertianum de la famille des Geraniaceae,  est une plante herbacée, annuelle, très commune, d’odeur désagréable et de saveur amère. Elle pousse dans les endroits humides au pied des haies, des vieux murs, dans les sous-bois, décombres, rocailles humides, tous les endroits frais et humides jusqu’à 2 000 m. Le géranium Robert est une plante cosmopolite, commune dans toute la France (sauf le Languedoc et la Provence), l’Europe, l’Asie occidentale, l’Afrique et l’Amérique du Nord et elle existe aux Canaries et à Madère. La tige, de 10 à 50 cm de hauteur, est épaisse, souvent rouge, juteuse et fourchue, renflée aux noeuds. Les feuilles opposées sont finement divisées presque jusqu’à la base en segments profondément lobés, de couleur vert foncé et elles sont souvent teintées de rouge. Les fleurs poussent d’avril à novembre par paire. Elles ont un calice anguleux, dressé et persistant, 5 pétales entiers, libres, rose pourpre, souvent veinés de blanc et à leur base des nectaires. Les carpelles, au nombre de 5, soudés en ovaire à 5 loges, se détachent à maturité de bas en haut, restant attachés par le style qui se recourbe vers le haut si bien que le fruit à maturité rappelle un petit lustre. 

Usages

On utilise la plante entière, sans les racines : on la cueille pendant toute la durée de la floraison en choisissant les variétés à tige rouge.
Sainte Hildegarde conseillait la plante comme purgatif, antidote contre les douleurs de la pierre et les névroses du coeur. On y ajouta des propriétés vulnéraires et détersives.
Aujourd’hui, elle est surtout considérée comme tonique astringent et traditionnellement utilisée dans les diarrhées légères, les dysenteries, les gastro-entérites.
Diurétique, elle était utilisée contre la jaunisse, l’hydropisie, la gravelle ; antispasmodique  pour soulager les névralgies faciales et les bronchites chroniques, les fièvres intermittentes.
La spécificité du géranium Robert, c’est d’arrêter les hémorragies en tous genres : crachements de sang, métrorragies, hémorragies internes.
En usage externe, c’est un cicatrisant employé :
– en gargarismes, dans les angines et les inflammations des amygdales, les stomatites, les aphtes, les gingivites. Il est traditionnellement utilisé en bains de bouche, pour l’hygiène buccale.
– en cataplasme, contre les douleurs de la vessie, les érysipèles, les éruptions persistantes, les ulcères, les contusions, les engorgements glanduleux et mammaires.
Les feuilles fraîches s’appliquent sur toutes sortes de plaies légères.
– en lavage et en bains d’yeux,  contre les inflammations de la conjonctive.
La teinture homéopathique est astringente et hémostatique.
On l’emploie en usage vétérinaire contre l’hématurie du bétail.
La plante comme son essence fait fuir les moustiques.

Composition chimique et usages actuels

La plante entière contient :
– des glucides, principalement des oses et des osides (amidon et saccharose)
– des acides organiques constitués d’acide ascorbique (vitamine C), acide citrique, acide malique
– des composés phénoliques dont :
. des acides phénoliques : acide ellagique
. des tanins en quantité appréciable : tanin ellagique
– une substance amère : la géraniine
– des traces d’huile essentielle
– des résines
Par sa richesse en tanins, le géranium Robert est anti-diarrhéique, anti-inflammatoire et cicatrisant. On lui attribue également des propriétés diurétiques, hémostatiques et veinoprotectrices.

Utilisations pharmaceutiques
Le géranium Robert est recommandé dans le traitement des diarrhées légères, des gastrites, de la goutte et des hémorragies internes.
En usage externe, on l’emploie en gargarisme dans les angines et les inflammations des amygdales. Il est traditionnellement utilisé pour l’hygiène buccale (bains de bouche…).
Utilisations cosmétiques
Le géranium Robert est doué de vertus adoucissantes, astringentes, régénérantes et stimulantes.
Ces propriétés le rendent actif dans les produits cosmétiques suivants :
– produits capillaires pour cheveux abîmés et fragiles, mous et gras
– produits pour le corps (gels douche, laits corporels)
– produits d’hygiène bucco-dentaire
– produits pour les mains
– produits de soin du visage (masques et crèmes adoucissants pour peaux sensibles et fragiles, grasses et mixtes)
– produits régénérants pour peaux fatiguées et pour le contour des yeux

Folklore

Geranium vient du grec « gheranion », grue, car les fruits ressemblent à un bec de grue, la racine « ger » étant l’onomatopée du cri de l’oiseau. Robertianum est une déformation de « rupertianum », de Saint Rupert, évêque de Salzbourg au VIIIe siècle, à qui fut dédiée la plante car il en aurait découvert les propriétés hémostatiques.
Les Anciens parlent peu du géranium. Sainte Hildegarde et Matthiole mentionnent la plante ; elle tombera ensuite dans l’oubli.
A la Renaissance, les emplois du géranium se développent surtout dans les pays germaniques. Au XIXe siècle, elle est déchue de bien de ses fonctions et elle ne reviendra au goût du jour qu’au début de ce siècle.
Les sorcières qui plantent ces géraniums devant leur maison sont averties de l’arrivée des visiteurs car les fleurs se tournent dans la direction d’où ils vont arriver.
On frottait les poignées de portes ou les loquets de fenêtres avec du géranium pour empêcher les mauvais esprits d’entrer dans la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: