Les moteur précurseurs : de l’atelier à l’automobile

moteur Lenoir © Musée des arts et métiers, l'Album

moteur Lenoir © Musée des arts et métiers, l’Album

Le moteur Lenoir, entre Paris et Joinville le Pont

Le Français Etienne Lenoir, inventeur illettré (c’est à dire sans science acquise) s’est fait inventeur fécond. Autodidacte, colporteur, cuisinier dans un restaurant du Palais-Royal, émailleur, il entre dans un laboratoire et rêve d’appliquer la science à la mécanique et aux arts.
Ses découvertes attestent de sa curiosité d’esprit ; procédé de galvanoplastie artistique, système de signalisation pour la sécurité des trains etc.
En 1860, il prend un brevet pour un moteur à gaz d’éclairage, célèbre sous le nom de « moteur Lenoir » qui amorce la motorisation des ateliers et leur évolution vers l’usine. Mais la première voiture à essence qu’il fait marcher entre Paris et Joinville le Pont en 1863 n’aura pas tout de suite de successeurs.

La société Daimler

La société Daimler

Le moteur Daimler : explosion des « moteurs tonnants »
« Avec Daimler, nous abandonnons la voiture simplement dételée et propulsée par un moteur pour arriver à l’automobile intégrale ». Mais on est encore loin du véhicule à transporter quelques personnes sans trop de malaise.
Daimler fournit un châssis, avec un moteur, une mécanique et ses commandes. Le client, lui, fait, à ses propres frais, habiller le châssis par un carrossier qui n’a plus qu’à « se tirer d’affaire ».
Daimler a travaillé chez Otto dont la firme construit des moteurs Lenoir améliorés, il est persuadé de l’avenir de ces « moteurs tonnants » et crée une société pour les perfectionner.
Avec huit brevets « concernant des véhicules mus par un moteur à gaz ou à pétrole », brevets jugés peu intéressants par les spécialistes, Daimler fabrique des moteurs qui fonctionnent fort bien et des véhicules qui font l’admiration de tous.

Moteur diesel

Moteur diesel

Le moteur diesel, un moteur qui devrait révolutionner l’industrie mécanique
Le moteur Diesel est le dernier mot en matière de moteurs à pétrole, il attire l’attention des industriels du monde entier en raison de ses qualités supérieures, la combustion y est spontanée et complète, le rendement est inespéré, double du rendement habituel, on peut y brûler complètement tous les genres de pétroles même les mazouts russes visqueux. L’idée de Diesel était de fabriquer un moteur dont le rendement approche la valeur théorique maximum. Il avouait ne pas savoir comment l’idée de sa réalisation pratique lui était venue, bien qu’il eût publié en 1893 un traité remarqué sur l’histoire des moteurs. Dès 1897, son brevet, soutenu par Krupp, conquiert l’industrie mécanique.

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: