Hamamélis

Hamamelis © Secrets de plantes

Hamamelis © Secrets de plantes

L’hamamélis, ou noisetier des sorcières, Hamamelis virginiana, de la famille des Hamamelidaceae, très commun en Amérique du Nord, croît dans les forêts humides du Mississippi jusqu’au Canada. Il fut introduit en Europe en 1736 comme espèce ornementale et médicinale. Mais on ne le trouve guère acclimaté que dans les jardins botaniques.
C’est un petit arbre de 3 à 6 m de haut qui ressemble au noisetier, d’où son nom commun de “noisetier des sorciers”.

Ses feuilles sont alternes, entières, ovales et irrégulièrement crénelées. Les fleurs apparaissent tardivement en automne, naissant en même temps que les fruits. Elles sont petites, de couleur roussâtre dessous et jaune dedans. Le fruit est une capsule qui rappelle par sa forme la noisette de nos pays et renferme 2 graines noires et brillantes.

Usages

On utilise les feuilles et l’écorce pour leurs propriétés astringentes et vasoconstrictices reconnues depuis longtemps.
L’hamamélis est un excellent médicament pour les veines, ce qui lui a valu son nom traditionnel de « digitaline des veines ».
Il a été utilisé depuis des siècles par les amérindiens pour ses propriétés sédatives contre les tumeurs douloureuses et les inflammations externes. Les esclaves noires s’en servaient pour arrêter les hémorragies provoquées par les avortements.
L’hamamélis jouit en Amérique d’une grand vogue pour les soins de la peau. Il fait merveille dans la couperose et les poussées congestives du visage. Il est également à la base de lotions oculaires reposantes et rafraîchissantes.

Composition chimique et usages actuels

L’écorce d’hamamélis renferme :
– des composés phénoliques représentés par :
. des acides phénoliques, surtout de l’acide gallique
. des flavonoïdes appartenant au groupe des proanthocyanidines (d-gallocatéchine, L-épicatéchinegallate, L-épigallocatéchine) et des flavanols (catéchine, épicatéchine, gallocatéchine)
. des tanins et notamment 1 à 7 % d’hamamélitanin
– des terpénoïdes : triterpènes, particulièrement des saponines
– 0,5 % d’huile essentielle contenant :
. des composés phénoliques du groupe des phénols, et notamment de l’eugénol
. des terpénoïdes dérivés des sesquiterpènes
– des résines
– des cires
Les extraits d’hamamélis (écorce ou feuille) possèdent des propriétés anti-inflammatoires, anti-prurigineuses, antibactériennes et hémostatiques.
L’hamamélis est par ailleurs un excellent vasoconstricteur et veinoprotecteur : ces propriétés seraient dues aux tanins condensés contenus dans les feuilles et l’écorce. De plus, la plante stimule efficacement la microcirculation en raison de sa teneur en flavonoïdes.

Utilisations pharmaceutiques
Les extraits d’hamamélis sont souvent utilisés dans des préparations astringentes et hémostatiques (suppositoires, crèmes, lotions, emplâtres etc.).
L’hamamélis est recommandé en cas de troubles du système veineux, ménopause, varices, sensation de jambes lourdes, phlébite, hémorroïdes.
La plante est traditionnellement utilisée en cas d’irritation ou de gêne oculaire due à des causes diverses (atmosphère enfumée, effort visuel soutenu, bains de mer ou de piscine).
La médecine populaire la préconise également en bains de bouche dans les produits d’hygiène buccale.

Utilisations cosmétiques
L’hamamélis est connu pour ses vertus adoucissantes et régénérantes. On l’emploie dans les produits de soin du visage destinés aux peaux sensibles, au contour des yeux, ainsi que dans les lotions après-rasage.
C’est également un actif intéressant comme agent anti-couperose ou pour soulager les jambes lourdes.
La plante est astringente et antiseptique d’où son intérêt pour l’hygiène des peaux grasses, mixtes et acnéiques, de même que pour l’entretien des cheveux gras et normaux.
L’hamamélis peut être utilisé dans la plupart des produits de beauté.

Folklore

Son nom vient du grec “hamamêlis” de “hama” qui signifie “ensemble”, “tout à la fois” et de “melon” qui désigne la pomme, hamamélis étant une plante qui fleurit en même temps que viennent ses fruits ou en même temps que les melons.
Il est symbole de protection et de chasteté.
La floraison tardive et les fruits qui éclatent en éjectant les graines avec une certaine violence firent penser aux amérindiens que la plante était ensorcelée.
Les sorciers indiens l’utilisaient bien avant l’arrivée des anglais sur leurs rivages ; ils prêtaient à cet arbrisseau toutes sortes de vertus magiques.
Les premiers colons des provinces américaines apprirent à le connaître et l’apprécièrent à leur tour. Pendant tout le XVIIe siècle, ce fut dans un rameau d’hamamélis que les américaines taillèrent leurs baguettes de divination.
Son écorce protège contre les influences malignes.
Portées sur soi, les feuilles fraîches aident à se consoler des peines de coeur. Bues en infusion, elles refroidissent les passions les plus exigeantes.

Recettes

Adoucissant

Adoucissant et astringent modéré, l’hamamélis, en pulvérisation, donne de très bons résultats sur les peaux à pores dilatés.
L’eau d’hamamélis est un vaso-constricteur de surface qui convient à toutes les peaux et particulièrement aux peaux congestives et fragiles.

Contre la couperose

Les compresses d’eau distillée d’hamamélis sont employées contre la couperose et ceci depuis fort longtemps.
On les emploie également en lotions oculaires pour reposer et rafraîchir les yeux.

Infusion d’hamamélis

Infusion de 2 à 5g de feuilles d’hamamélis pour 100ml
à absorber en dehors des repas en cures discontinues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: