Hibiscus

Hibiscus © Secrets de plantes

Hibiscus © Secrets de plantes

L’hibiscus ou karkadé ou oseille de Guinée rouge, Hibiscus sabdariffa, de la famille des Malvaceae, est une plante annuelle, originaire d’Afrique centrale, puis importée dans toutes les régions tropicales.
Les oiseaux-mouches viennent boire le nectar des jolies fleurs qu’ils pollinisent dans le même temps.

Sa tige dressée, très ramifiée à la base, peut atteindre 2 m de hauteur. C’est une malvacée à mucilage, cousine des malvacées à fibres comme le coton. Les feuilles basales sont entières à ovoïdes, les caulinaires palmées, à 3 folioles. Les fleurs, presque sessiles, axillaires, ont des pétales jaunes, mouchetés de brun-rouge, sur un calice charnu rouge ou vert.

Usages

On utilise les fleurs, et plus particulièrement les jeunes calices qui sont récoltés en pleine maturité des fleurs. Après séchage, ils deviennent cassants, épais, d’un rouge noirâtre.
C’est une boisson diurétique, laxative, antispasmodique, active contre la toux, améliorant la digestion.
En Afrique et en Égypte, il est réputé comme anticonceptionnel et aphrodisiaque.
Son infusion acidulée est servie traditionnellement comme thé en Égypte pour sa saveur rafraîchissante.
Cette boisson est connue et appréciée en France depuis une dizaine d’année, peut-être rapportée par des touristes d’Égypte dont c’est la boisson nationale. On la consomme comme thé acidulé et rafraîchissant, chaude ou froide, d’un rouge grenat intense, mélangée à d’autres herbes ou seule. A la Dominique, dans les Caraïbes, on prépare ses calices turgescents en gelée.
Les fleurs du karkadé sont consommées en salade
C’est également le colorant de la grenadine.
Cette plante a été sélectionnée par les amateurs de jardins pour la beauté de sa fleur.

Composition chimique et usages actuels

La fleur contient :
– 64 % de glucides, notamment des osides (15 % de mucilages et 2 % de pectine)
– des protides dont 8 % de protéines
– des matières minérales : calcium, fer, phosphore
– 15 à 30 % d’acides organiques tels que l’acide ascorbique (vitamine C), l’acide citrique, l’acide glycolique, l’acide malique, l’acide oxalique, l’acide tartrique, l’acide hibiscique et la lactone de l’acide hydroxycitrique
– des composés phénoliques représentés par :
. des acides phénoliques : acide protocatéchique
. des flavonoïdes : flavonols (gossypétine-3-glucoside, hibiscine, hibiscétine, hibicitrine) et 1,5 % d’anthocyanidines (delphinidine-3-sambubioside, delphinidine, cyanidine-3-sambubioside, cyanidine-3-glucoside, delphinidine-3-glucoside)
– des triterpènes : stéroïdes (phytostérol)
– des résines
Les extraits d’hibiscus ont des activités antispasmodiques, hypotensives, anti-inflammatoires et veinoprotectrices. Ils sont par ailleurs anti-asthéniques et vermifuges. On leur attribue également des propriétés laxatives, diurétiques et dépuratives.D’autre part, l’hibiscus présente des vertus antibactériennes.

Usages pharmaceutiques
L’hibiscus est traditionnellement utilisé dans les états de fatigue passagers ainsi que pour faciliter la prise de poids. Sous forme d’infusion, on recommande l’hibiscus contre l’hypertension.

Usages cosmétiques
On revendique les extraits d’hibiscus pour leurs propriétés rafraîchissantes, purifiantes et adoucissantes. Ils sont également conseillés pour leurs activités anti-oxydantes, tonifiantes et pigmentantes.
Leur teneur en acides organiques leur confère des vertus exfoliantes et hydratantes.
On recommande leur utilisation dans la composition de :
– shampooings pour cheveux abîmés et fragiles
– laits adoucissants pour le corps
– crèmes pour les mains
– gels après-soleil
– masques peeling pour peaux matures ou ternes
– crèmes rafraîchissantes pour les pieds
– lotions toniques pour peaux stressées

Folklore

Dioscoride aurait nommé, un siècle après le début de notre ère, « ibiscos », les malvacées qu’il trouvait sur le pourtour méditerranéen.
C’est Ghislain de Busbeck, ambassadeur flamand de Charles Quint à la cours de Soliman le Magnifique à Constantinople, qui envoya en Hollande diverses plantes dont notre hibiscus, ainsi révélé au monde occidental.
Plante magique, le karkadé aurait les pouvoirs de provoquer le désir sexuel, l’amour et la divination. Ainsi des boutons d’hibiscus sont-ils brûlés lors de rituels d’amour et, tressés en guirlande, ils sont portés lors des cérémonies de mariage.
Dans le Pacifique Ouest, c’est devant un bol rempli d’eau où flottent des fleurs d’hibiscus, que les sorciers Dobu prononcent leurs oracles.

Recettes

Gelée de Karkadé

Ingrédients
calices frais
même poids de sucre
gingembre selon

Mettez les calices rapidements lavés dans une bassine à confiture, ajoutez le sucre. Laissez macérer.
Épluchez et coupez le gingembre en rondelles. Faites bouillonner le tout jusqu’à la consistance voulue. Mettez aussitôt en pots, fermez.
Cette gelée a la particularité de conserver une très forte concentration en vitamine C.

Thé de karkadé

Ingrédients
karkadé seché
eau de source

Dans une cruche ou plus modestement un verre, selon l’emploi que vous voudrez en faire, posez le karkadé. Recouvrez-le de 5 fois son volume en eau. Laissez macérer au frais plusieurs heures.
Le thé est prêt.

Sources : voir l’article sur l’erysimum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: