Mangoustanier

mangoustanier

mangoustanier

Le mangoustan, fruit du mangoustanier, ou pomme à lait ou mangouste, Garcinia mangostana L., de la famille des Guttifereae, possède une chair si délicieuse et délicate que les Thaïlandais l’ont surnommé reine des fruits. Le mangoustan est un arbre à la croissance très lente, dont la taille peut varier entre 6 et 25m, et qui est couvert de grandes feuilles vert sombre, persistantes et ovales (9 à 25 cm de long et 4 à 10 cm de large), opposées sur les tiges. Ses larges fleurs aux pétales épais sont vertes, tachetées de rouge à l’extérieur et de jaune-vert à l’intérieur. Il faut attendre la sixième année de croissance pour voir cet arbre offrir des fruits de 5 à 8 cm de diamètre, à la peau pourpre très épaisse, à la chair délicieuse et découpée en 5 à 8 segments blancs qui ne contiennent pas tous des graines.
L’arbre est originaire d’Indonésie et pousse aujourd’hui dans toute l’Asie. Le berceau du mangoustan semble se trouver dans les îles de la Sonde et les îles Moluques. On suppose qu’il a d’abord été domestiqué en Thaïlande et en Birmanie.

Usages

Le mangoustan est utilisé à travers toute l’Asie comme nourriture et comme plante médicinale depuis des temps très reculés. C’est sûrement l’un des meilleurs fruits tropicaux : son goût est subtil et savoureux et il contient de nombreuses vitamines (C, B1, B2, …) ainsi que des sels minéraux. C’est d’ailleurs l’un des aliments préférés de l’orang-outan. Les graines peuvent également êtres consommées, bouillies ou grillées.
Le mangoustan est largement employé dans la médecine populaire chinoise et indienne : sa peau séchée et réduite en poudre est prescrite dans les cas de dysenterie ; on en fait également un onguent efficace contre l’eczéma et d’autres maladies de la peau ; cette pelure est utilisée en décoction comme anti-diarrhéique et en lotion pour ses propriétés astringentes.
En Malaisie, l’infusion du bois de mangoustanier à la réputation de réguler les règles.
Un thé obtenu à partir des feuilles de cet arbre est utilisé depuis très longtemps par les femmes des îles de Java comme contraceptif: la médecine populaire prétend que ce thé rend momentanément stérile. Cette médication à été abandonnée avec l’apparition des contraceptifs de la médecine occidentale. Cependant, des recherches récentes ont montré que des extraits obtenus à partir de feuilles de mangoustanier avaient une action contraceptive sur les rats et les souris mâles : leur consommation inhiberait la production des spermatozoïdes et cette dernière reprendrait dès que les rats arrêtent de manger les feuilles. L’application à l’homme est encore en cours d’étude.

Folklore

Le mangoustan a été mentionné en Europe pour la première fois par Garicia de Orta, un scientifique portugais ayant voyagé à travers l’Asie vers le milieu du XVIe siècle qui nomma ce fruit mangustâo, d’après une appellation locale. Nous avons repris ce mot pour en faire le nom français mangoustan.
A la même époque (1599), Linschott rapporte dans ses notes de voyage que son goût surpasse celui de tous les autres fruits du monde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: