le lin

fleurs de lin © Secrets de plantes

fleurs de lin © Secrets de plantes

Le lin, Linum usitatissimum, de la famille des Linaceae, est une plante herbacée annuelle, cultivée et subspontanée dans presque toute la France et dans une grande partie du globe. Son origine spontanée reste inconnue, mais c’est une  plante très ancienne : le lin, déjà filé à l’âge de pierre, est présent dans toutes les civilisations anciennes, en Chaldée, en Égypte, en Palestine, en Grèce. Sa racine est grêle, simple ou fibreuse. Sa tige, dressée, ordinairement solitaire, mesure de 40 à 70 cm et elle est cylindrique, effilée, fragile, simple à la base, rameuse en hauteur. Les feuilles, alternes, sont sessiles, lancéolées, étroites, aiguës, entières et parcourues en-dessous par trois nervures longitudinales. Les fleurs, en juin-juillet,  sont bleu clair ou violacées et groupées sur des pédoncules filiformes, l’ensemble formant un corymbe terminal. Le fruit est une capsule globuleuse, pointue, entourée par le calice persistant divisé en 10 lobes qui renferment les graines. Celles-ci, ovales, aplaties, brunes et luisantes, sont les graines de lin bien connues.

Usages

Hippocrate se servait de cette plante contre la sciatique, la goutte et pour apaiser les douleurs. Madame de Sévigné, que l’on sait toujours attentive à sa santé, déclarait qu’avec ce remède, elle n’aurait jamais de néphrétique.
Le lin est un excellent remède contre la toux. Il est aussi diurétique et émollient et spécialement recommandé dans les inflammations des voies urinaires ou dans les inflammations ulcéreuses de l’appareil digestif.
Ses graines sont surtout employées en tant que laxatives ou réduites en farine, pour faire des cataplasmes émollients et maturatifs.
Les graines de lin auraient une action goîtrigènes et quelquefois eczémateuse dont il faudrait tenir compte.
C’est le plus ancien de nos textiles et la toile de lin est très apprécié des peintres, de même que l’huile de lin qui donne à la peinture des tons plus brillants.

Les fleurs du lin sont d’un bleu magnifique et les tiges en fruits font de jolis bouquets secs.

Composition chimique et usages actuels

La semence renferme :
– des glucides représentés par :
. des oses
. des osides : 10 % de mucilages constitués d’arabinoxylane (D-acide galacturonique, 9 à 12 % de L-arabinose, 8 à 12 % de D-galactose, 13 à 30 % de L-rhamnose, environ 25 % de D-xylose) ; de l’amidon
– des protides dont :
. des acides aminés : acide glutamique et arginine
. 20 à 25 % de protéines : albumine principalement
. des enzymes
– 35 à 45 % de lipides constitués d’acides gras tels que : environ 25 % d’acide linoléique, 35 à 50 % d’acide linolénique, 10 à 18 % d’acide oléique, une faible quantité d’acides saturés (5 à 10 %) : acide palmitique et acide stéarique
– 3 à 4 % de matières minérales dont le magnésium et le potassium
– des composés phénoliques et plus particulièrement des dérivés des acides phénoliques : glucosides d’esters méthyliques de l’acide paracoumarique (linocinnamaroside) et de l’acide caféique (linocaféinoside)
– des terpénoïdes : triterpènes du groupe des stéroïdes (campestérol, sitostérol, stigmastérol et avénastérol)
– 0,5 à 1,3 % d’insaponifiables
– 0,1 à 1,5 % d’hétérosides cyanogènes
Sa richesse en mucilages confère aux semences de lin des propriétés laxatives. Elles ont par ailleurs des activités anti-inflammatoires, antispasmodiques et stomachiques. Le lin est aussi renommé pour ses vertus veinoprotectrices.

Usages pharmaceutiques
En usage interne, le lin est particulièrement recommandé contre la constipation, les gastrites et les entérites.
Il est aussi traditionnellement employé pour calmer les douleurs abdominales d’origine digestive.
En usage externe, des cataplasmes de graines de lin sont conseillés lors de bronchites et de lésions cutanées (dermatoses, brûlures, etc.).

Usages cosmétiques
Tant la partie hydrosoluble que la fraction lipophile confèrent au lin des propriétés adoucissantes et hydratantes.
La partie hydrophile a des vertus restructurantes.
La fraction lipidique joue un rôle de conditionneur cutané et elle participe à l’élaboration de la phase grasse.
Les extraits de semences de lin entrent dans la composition :
– produits d’hygiène corporelle
– produits pour les mains
– produits de soin du visage, crèmes nourrissantes et émollientes destinées aux peaux sèches, matures, abîmées, fatiguées et ternes

Folklore

Linum vient de linon, fil, allusion à son usage textile. Usitatissimum, très utilisé, fait référence à son usage intensif.
Même s’il a été détrôné ensuite par le coton, puis aujourd’hui par les fibres synthétiques, il a marqué notre vocabulaire de sa profonde empreinte avec des mots comme linge, linceul, linon, linoleum, ou même linotte, oiseau qui en était friand.
Il est symbole de vie, de végétation facile et abondante. Il était même tellement apprécié en Europe du Nord que jusqu’au XIIe s. il tenait lieu de monnaie dans l’île de Rügen.
Ses symboles sont argent, santé, protection.
Les graines sont employées dans les voeux d’argent. En Pologne, on met ses graines et de la petite monnaie sur l’autel de son saint préféré. En Russie, on faisait germer des graines dans ses chaussures, on donnait à manger le contenu du pied gauche à l’âne, celui du droit au boeuf et  on était assuré de ne plus jamais manquer d’argent.
Les fleurs bleues du lin sont un puissant protecteur contre les sorts (à mettre dans une cruche de chaque côté du lit). Elles chassent le diable de la maison.
Mais dans une vallée du Piémont, on dit que voir en songe du lin trempé dans l’eau est le signe d’une mort dans le courant de l’année.
Plusieurs usages concernaient les enfants. Pour qu’un enfant soit beau et vigoureux et qu’il fasse honneur à ses parents, il était conseillé de le conduire trois jours heure pour heure après son septième anniversaire dans un champ de lin et de l’y faire danser au son de la viole. On pouvait aussi pour le faire grandir, semer du lin à la fois sur lui et dans un pré. Courir dans un champ de lin après le coucher du soleil aurait également permis de se débarrasser pour de longues années des vertiges et étourdissements.

Recettes

Laxatif

Posologie
2 cuillères à soupe par jour à prendre entre les repas avec un grand verre de liquide
ou 1 cuillerée à soupe de graines de lin dans un bol
1/4 d’eau bouillante versée dessus
laissez la nuit
au matin passez et buvez le liquide
ou décoction
de 50g de graines dans un litre d’eau. Passez. En lavement contre une constipation opiniâtre

Contre inflammations des voies urinaires

Infusion de 20g de graines de lin par litre d’eau
ou
macération de 20g de graines/ litre d’eau tiède toute une nuit

Cataplasmes de lin

Ingrédients
farine de lin récente
eau non calcaire
Il doit être posé chaud et maintenu avec de la flanelle pour l’empêcher de refroidir.
C’est un classique des refroidissements mais on l’emploie également dans la maturation des abcès et pour limiter l’enflure des entorses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: