Lierre terrestre

Lierre terrestre © Secrets de plantes

Lierre terrestre © Secrets de plantes

Le lierre terrestre ou rondeau, ou couronne de terre ou courroie de Saint Jean ourondelette, Glechoma hederacea, de la famille des Lamiaceae est une plante commune en Asie tempérée et partout en Europe excepté dans les régions méditerranéennes. Il aime les sols humides des bois, des haies, des lisières de forêts, des prés et terrains vagues.

Le lierre terrestre possède des tiges rampantes sur lesquelles se forment çà et là des radicelles. Les tiges florifères longues de 5 à 25 cm sont dressées et portent des feuilles vert sombre parfois violacées, opposées, crénelées, longuement pétiolées et arrondies en forme de coeur. De mars à mai apparaissent les fleurs, bleu-violet pâle, quelquefois roses ou blanches, maculées de pourpre sur la lèvre supérieure. Elles se disposent par 2 à 5, en grappes, à l’aisselle des feuilles. Leur fruit est ovoïde, brun et lisse, divisé en 4 parties égales.

Usages

La médecine populaire utilise les parties aériennes dans les cas d’affections des bronches et des voies respiratoires, de toux, de grippe et d’asthme. Dès le haut moyen âge, le lierre terrestre figurait parmi les plantes médicinales usuelles. Un recueil de recettes émanant d’un monastère bénédictin de l’époque carolingienne (VIIIe et IXe siècles) le cite comme remède « contre toutes les fièvres ». Sainte Hildegarde le recommande comme pectoral, anticéphalique et vulnéraire.
Jusqu’au XVIIIe siècle, les médecins l’utilisent volontiers dans les affections du tube digestif et des voies urinaires, son usage principal concernant les maladies des voies respiratoires.
Dans les campagnes, il était communément employé frais en cataplasmes pour soigner abcès, plaies et furoncles.
Jadis, on en mêlait à la bière pour la conserver durant les longs voyages en mer.
Le lierre terrestre est un décongestionnant respiratoire et un bronchodilatateur efficace; il est de surcroît antitussif. Il possède aussi des propriétés analgésiques, anti-inflammatoires et anti-rhumatismales. La plante est également reconnue pour ses vertus sédatives.
Il est de plus considéré comme anti-diarrhéique, fébrifuge,
anti-ecchymotique et fortifiant.

Le lierre terrestre est traditionnellement utilisé dans le traitement symptomatique de la toux et au cours des affections bronchiques aiguës bénignes.
Les décoctés de lierre terrestre sont administrés pour traiter les douleurs rhumatismales.
En usage externe, les infusés de lierre terrestre calment les inflammations cutanées et favorisent la cicatrisation des plaies. Les cataplasmes sont appliqués sur les hématomes.
Le lierre terrestre est astringent, adoucissant et régénérant.
Une décoction de lierre terrestre peut détacher et laver des vêtements sombres sans leur faire perdre leur couleur et l’on ravive les couleurs des tissus de soie en les lavant avec de l’eau de lierre terrestre.

Composition chimique et usages actuels

Les parties aériennes contiennent :
– des composés phénoliques, notamment 7 % de tanins
– des terpénoïdes, particulièrement des :
. diterpènes (marrubiine)
. triterpènes : saponines
– de la choline
– un principe amer : la gléchonine
– 0,03 à 0,06 % d’huile essentielle composée de terpénoïdes du groupe des monoterpènes (limonène, pinène, pulégone, pinocamphène, menthone, isomenthone)
Le lierre terrestre est un décongestionnant respiratoire et un bronchodilatateur efficace; il est de surcroît antitussif. Il possède aussi des propriétés analgésiques, anti-inflammatoires et anti-rhumatismales. La plante est également reconnue pour ses vertus sédatives.
Il est de plus considéré comme anti-diarrhéique, fébrifuge, anti-ecchymotique et fortifiant.

Usages pharmaceutiques
Le lierre terrestre est traditionnellement utilisé dans le traitement symptomatique de la toux et au cours des affections bronchiques aiguës bénignes.
Les décoctés de lierre terrestre sont administrés pour traiter les douleurs rhumatismales.
En usage externe, les infusés de lierre terrestre calment les inflammations cutanées et favorisent la cicatrisation des plaies. Les cataplasmes sont appliqués sur les hématomes.

Usages cosmétiques
Le lierre terrestre est astringent, adoucissant et régénérant.
Les extraits de lierre terrestre entrent par conséquent dans la composition de :
– shampooings et lotions pour cheveux gras à tendance pelliculaire mais aussi pour cheveux abîmés et fragiles
– masques astringents pour peaux grasses et mixtes
– crèmes adoucissantes pour les peaux sensibles

Folklore

Le lierre terrestre fait partie des herbes de la Saint Jean. On en faisait des couronnes pour danser autour du feu d’où son nom d’herbe aux couronnes et, dans certaines campagnes, de « courroie de Saint Jean ».
Il était recherché pour combattre la folie : on imprégnait des feuilles de papier buvard de décoction de lierre terrestre pour les appliquer sur le front du pauvre dément.
Pour connaître le visage de votre ennemi, tressez en couronne quelques rameaux et feuilles de lierre terrestre et entourez-en une chandelle jaune : allumée un jeudi soir en lune descendante, elle fera apparaître l’image de votre pire ennemi.

Recettes

Sirop contre la toux

On en fait un sirop à la dose de 40 à 60 g par jour, entre les repas, et qui se prépare ainsi :
Piler dans un mortier 10 poignées de plantes fraîches, humectées avec 250 g d’infusion de plante ;
Couvrir et laisser macérer 10 à 12 heures ;
Presser et exprimer à travers un linge fin ;
Faire bouillir le liquide ainsi obtenu, presser ;
Ajouter un poids égal de sucre et faire cuire doucement jusqu’à consistance de sirop ;
A garder dans un flacon bien bouché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: