Lupin

Lupin © Secrets de plantes

Lupin © Secrets de plantes

Le lupin, Lupinus albus, de la famille des Fabaceae, est une plante herbacée originaire de la région méditerranéenne. On le trouve à l’état sauvage dans les champs et le long des chemins mais il est généralement cultivé ou échappé des cultures. Il croît, sur les sols non calcaires, dans les parties méridionales d’ Europe, en Asie et en Afrique.
C’est une annuelle de 20 à 40 cm, mais on cultive également beaucoup d’espèces vivaces d’origine américaine. Ses feuilles sont grandes et digitées, composées de 5 à 15 folioles, obovales, glabres sur le dessus, poilues en dessous, partant toutes du même endroit et disposées en éventail. Les fleurs sont grosses, disposées en un long épi terminant la tige. Elles sont blanches, bleues au centre. Les fruits sont des gousses velues et plates contenant des grains durs, un peu plus gros que des pois et de goût amer. 

Usages

Il est cultivé depuis plus de 2500 ans. Les Grecs et les Romains l’enfouissaient comme engrais vert et récoltaient ses graines, réputées pour la nourriture des boeufs.
Dès le temps de Théophraste (IVe s. av. J.-C.), on savait dépouiller les graines de leur amertume et on les employait alors soit à la nourriture des animaux et même à celle des hommes, soit en médecine.
Au moyen âge, on se servait de la plante pour lutter contre les parasites intestinaux, dans les maladies du foie et pour apaiser les douleurs abdominales. On enduisait le ventre des enfants de farine de lupin mêlée à de l’huile d’amandes pour les débarrasser des vers. Les grains en décoction, très amère, ont été utilisés en lavement, toujours contre les vers intestinaux et en lotion, contre la gale, l’eczéma sec et les lichens.
Ils étaient réputés aussi comme diurétiques, dépuratifs, et emménagogues.
De nos jours on n’utilise plus guère que la farine, émolliente, calmante et résolutive. On en fait des cataplasmes appréciés contre les écrouelles, les abcès et les furoncles. Elle fait d’ailleurs partie avec le fenugrec, la fève et l’orobe des quatre farines résolutives.
La graine de lupin peut servir à la préparation d’un succédané de café. La graine de lupin est très riche en protéines – jusqu’à 40 % dans certaines variétés – à l’instar de la graine de soja.
Vous trouverez certaines variétés cuites sur les marchés comme pickles.

Composition chimique et usages actuels

Les semences contiennent :
– 30 à 45 % de protides renfermant :
. des acides aminés tels que :
– acide aspartique
– acide glutamique
– arginine
– leucine
– lysine
– proline
– tyrosine
– valine
. des protéines
– 10 à 15 % de lipides, constitués de :
. triglycérides dont les acides gras sont représentés par l’acide linoléique, l’acide linolénique, l’acide oléique, l’acide palmitique
. phospholipides : lécithines
– des matières minérales : calcium, magnésium, phosphore et potassium
– des acides organiques, particulièrement de l’acide citrique, de l’acide malique et de l’acide ascorbique (vitamine C)
– des terpénoïdes et notamment des caroténoïdes dont le carotène
– des vitamines : vitamine B1 (thiamine), vitamine B2 (riboflavine), vitamine B9 (acide folique)
Le lupin est un remède vermifuge.
On lui reconnaît également des propriétés hypoglycémiantes.
Sa teneur en protéines confère au lupin des activités nutritives.

Usages cosmétiques
Les lipides contenus dans les semences de lupin peuvent être utilisés comme composants de la phase grasse dans des crèmes ou des laits destinés aux peaux fatiguées et ternes. La plante possède en effet des propriétés régénérantes et restructurantes.
De par sa richesse en minéraux, le lupin est aussi un excellent reminéralisant.
On peut également employer les protéines de lupin comme épaississant.
L’ensemble de ces propriétés fait du lupin un actif recommandé dans :
– des produits capillaires destinés aux cheveux abîmés et fragiles, permanentés, teints et secs, mais aussi aux cheveux mous et plats
– des produits d’hygiène corporelle
– des produits régénérants pour les mains
– des produits de soin du visage et du contour des yeux pour les peaux normales, mixtes, matures et stressées

Folklore

Lupinus, dont vient le mot français lupin, est le très ancien nom latin du lupin blanc et du lupin hérissé, seuls connus, semble-t-il, des Anciens. Ce mot dérive de l’adjectif lupus, de loup, et signifiait probablement fèves ou pois aux loups, ainsi nommés en raison de leur amertume. On peut évoquer aussi la fève lopine, nom donnée à la graine qui était réservée à la nourriture des esclaves.
Les Arabes le considéraient comme aphrodisiaque.
Les Anciens l’utilisaient aussi dans leur théâtre, en guise de monnaie, l’or de comédie de Plaute.

Recettes

Purée de fèves de lupin

Faites macérer des fèves de lupin dans de l’eau salée après
les avoir dépouillées de leur robe.
Faites cuire, égouttez et assaisonnez de beurre et d’huile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: