Le Sultan avait trop chaud – chap 53

azairaaCe jour-là, le lendemain du jour où Razi avait sauvé le forgeron des mains de ses bourreaux, la belle Azaïra apparut au balcon du palais, comme il en avait été décidé au diwan la veille.
Elle était resplendissante, lavée,parfumée, maquillée pour la circonstance. La cour du palais était noire de monde : tous les architectes étaient là ou presque, certains avaient envoyé un assistant. Et la foule, muette, les entourait, immense et mélangée.
Certains auraient préféré voir la princesse de plus près, la toucher, ou lui parler craignant que la fourberie du sultan  ait été assez raffinée pour oser présenter un sosie. Mais, elle était si belle; on n’aurait pu trouver dans tout le royaume un sosie de cette  réussite unique. Le Créateur,  même grâce à son génie n’aurait pu en faire deux simultanément qui ne soit de la même mère; et on ne lui connaissait pas de jumelle! de toutes façons, c’eût été un cadeau identique.Azaïra ne restait pas passive pendant cette scène dont elle était le principal protagoniste. Elle scrutait les visages, parfois avec effroi quand elle reconnaissait un monstre qui pourrait gagner et devenir l’heureux propriétaire de sa malheureuse couche. Elle en frémissait, cherchant désespérément un visage accueillant pour se rassurer sur son sort et essayant, malgré elle, de retrouver celui de Julien alors qu’elle savait pertinemment qu’il ne pouvait pas être là, à moins d’un miracle.
Elle croisa alors le regard d’Assidi, l’architecte en chef des palais du sultan. Celui-ci leva les yeux au ciel dans un sentiment d’impuissance, parvenant toutefois à lui faire comprendre qu’il suivait les affaires de près et qu’il se tiendrait à sa disposition quand ce serait possible pour l’aider ou lui éviter le pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: