Le Sultan avait trop chaud – chap 67

patarellaDès qu’un architecte avait déposé son mémoire, il était conduit par les gardes du sultan dans une cellule dans laquelle il attendrait les résultats du concours.
Dans les premiers jours et pour les premiers d’entre eux, les choses se passèrent plutôt bien. Le sultan avait aménagé une prison dorée pour ses chers candidats. Service, table, vue sur mer, distraction tout avait été prévu.
Puis, avec le nombre (des architectes) et les jours passant, l’angoisse commença à monter progressivement.
Dans  l’attente de ta justice ô vénérable sultan, et de ton jugement dont tous respecteront l’exécution, je patiente, puisque tel est ton bon vouloir. Ainsi gémissaient les jeunes et  les vieux architectes qui avaient rendu leurs plans.J’étouffe dans mes malheurs dans l’attente d’exploser de joie ou de périr de déception, je n’ai d’autre recours que ton ultime décision, ô généreux sultan qu’adore notre prophète béni, poursuivaient les autres architectes, même s’il ne suivaient pas la même religion.
Toutes ces lamentations et ces demandes de secours dans les fonds du palais enlevaient le sommeil au sultan qui commença à rentrer dans une grande exaspération ,alors qu’il n’avait pas encore pris sa décision.
Il convoqua le grand vizir et se plaignit auprès de lui :
– Grand vizir , fais cesser ces jérémiades qui importunent mon sommeil et me donne de l’insomnie. Je sens mes forces me quitter.
Prépare-moi un élixir de jouvence et fais taire tous ces infidèles.
Le vizir comprit qu’il fallait calmer les prisonniers, si l’on voulait calmer le sultan. Pour cela il fallait améliorer le régime et les conditions de vie des architectes. Alors il se mit à organiser des fêtes pour assoupir chez chacun le besoin de récriminations. Il fit venir des esclaves de toutes les couleurs qui s’occupèrent plus intimement des habitants des cellules et tout le monde fut content. Les gémissements cessèrent ou furent couverts par le bruit des festivités et le sultan dormit tranquillement. Le vizir eut un moment de répit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: