Non discrimination

interieur1J’ai reçu ce lien de la part d’Airbnb demandant un engagement à la non discrimination.

Comment accepter l’engagement ?
Le 1er novembre ou ultérieurement, l’engagement s’affichera lors de votre connexion ou à l’ouverture du site web, du site mobile ou de l’application Airbnb pour tablette. Nous vous demanderons automatiquement de l’accepter.
Que se passe-t-il si je refuse l’engagement ?
Si vous choisissez de le refuser, vous ne pourrez plus héberger ou réserver sur Airbnb, et vous aurez la possibilité d’annuler votre compte. Lorsqu’un compte est annulé, les voyages déjà réservés sont également annulés et les réservations sont impossibles ; cependant, vous pouvez continuer à consulter les annonces Airbnb.

Ceci m’a beaucoup interpelé et je trouve que c’est un cas d’école de réflexion sur la liberté et sur la différence entre sanction et punition :

Le texte d’Airbnb me semble une punition et non une sanction.

La non discrimination est une qualité humaine essentielle, elle ne devrait pas avoir besoin d’être imposée. Mais aucune loi ne pourra empêcher certaines personnes d’avoir peur de l’autre, peur que la différence les envahissent. Où s’arrête la non discrimination, ou commence l’atteinte à la liberté de pensée, à la liberté tout court. Peut-on obliger sous peine d’une sanction lourde, puisque airbnb vous raye définitivement de ses adhérents, quelqu’un à louer son appartement privé à un un couple dont la femme porte le niqab. Je comprend aussi bien qu’un Afghan n’ait pas envie de louer sa maison à une femme qui ne porte pas le voile. C’est son droit, c’est sa maison. La non discrimination ne doit pas conduire à accepter le prosélytisme dans quelque sens qu’on le prenne qui conduit à une perte de la liberté de penser. Je n’ai aucune envie de le cautionner le traitement que les extrémistes religieux, quels qu’ils soient, infligent aux femmes et qui est une atteinte à la liberté de la femme.

Il ne faut pas se leurrer sur les raisons de ce texte d’Airbnb…S’il s’agissait juste de lutter contre la discrimination, point n’est besoin de telles punitions.

N’y a-t-il pas d’autres moyens que ces oukases pour apprendre aux gens à vivre ensemble et à respecter la différence de telle sorte qu’aucune des parties ne soit blessée.

Il faudrait relire la déclaration des droits de l’homme…

Deuxième Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (préambule de le Constitution du 24 juin 1793):
Article 6. La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait.

La discrimination se niche partout et il faut lutter contre mais pas en employant les mêmes méthodes que ceux-là même qui pratiquent la discrimination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: