Le Sultan avait trop chaud – chap 83

desertPendant ce temps, dans la prison où étaient installés les architectes, Julien se reposait avec Shira. Dès leur arrivée, le bruit avait couru que la plus belle femme du harem du plus célèbre des bandits du désert, Shira, avait été envoûtée par le charme du jeune occidental. Le sultan n’était jamais parvenu à éliminer le chef des brigands, qui s’évanouissait dans le désert quand il était poursuivi et reparaissait ailleurs sous une autre forme là où on ne l’attendait pas, avec d’autres hommes. Son système de camp mobile le rendait insaisissable. Il était devenu une force respectée de tout le monde.
On le voyait bien dans la prison, car Julien était respecté, bien qu’inconnu.
Le chef des brigands régnait à distance, avec l’habileté de la panthère des sables, par femelle interposée. Une performance!
Julien remarqua aussi qu’Assidi, l’architecte en chef des palais du sultan, l’évitait. Il avait essayé plusieurs fois de l’aborder, mais il n’avait obtenu qu’une réponse évasive et toujours essuyé une esquive de la plus désagréable manière. Il s’en prit à lui-même, craignant d’avoir été indélicat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: