Menthe pouliot

Menthe Pouliot © Secrets de plantes

Menthe Pouliot © Secrets de plantes

La menthe pouliot, ou Herbe de Saint Laurent, Mentha pulegium, de la famille des Lamiaceae pousse dans la région méditerranéenne et à basse altitude dans les grandes vallées fluviales d’Europe et d’Asie.
Elle affectionne les lieux humides, les prairies inondées et ensoleillées et préfère les sols riches et sablonneux.

Elle se distingue des autres menthes au premier coup d’oeil par son port étiré, ses tiges en partie couchées sur le sol, ses fleurs rosées ou lilas disposées en nombreux paquets le long de la tige et des rameaux. Sa floraison a lieu de juillet à octobre.

Usages

On utilise la plante fleurie séchée. Elle possède une forte odeur citronnée qui persiste très bien au séchage.
Grecs et romains recouraient au pouliot contre une grande variété de maux : morsures de serpent et piqûres de scorpion, toux, vomissements, coliques, crampes d’estomac, lassitude, défaillances, maux de tête, rétention d’urine, ce que Pline appelait « toutes les douleurs internes ».

La phytothérapie, pour laquelle elle reste une §panacée§, distingue également le pouliot des autres menthes. Elle figurait parmi les plantes cultivées dans les jardins impériaux de Charlemagne. Sainte Hildegarde l’indique contre la fièvre, la faiblesse des convalescents, la toux, les nausées, les maux d’estomac et la mélancolie. Au XVIe siècle, Matthiole garantit que l’infusion du pouliot soulage toutes les affections nerveuses et cérébrales.
Son utilisation s’est ensuite graduellement réduite au rôle qui est aujourd’hui celui de toutes les menthes : soigner les troubles digestifs et la nervosité.

La plante fraîche réduite en pulpe s’appliquait sur les contusions, les engorgements laiteux et les points douloureux des rhumatismes. Des compresses étaient appliquées contre la névralgie faciale et s’en frictionner les gencives pouvait calmer les maux de dents.
La menthe pouliot est stomachique, cholérétique et antispasmodique. Elle stimule et facilite les sécrétions gastriques et les processus digestifs, elle atténue les spasmes et calme les nausées.

Grâce à sa teneur en pulégone, on lui reconnaît des vertus anti-parasitaires : elle avait fonction de chasser les puces. Aussi brûlait-on ses tiges pour assainir un lieu et on en frictionnait les animaux pour les débarrasser de leurs puces.
La menthe pouliot est traditionnellement utilisée comme traitement adoucissant pour calmer les démangeaisons et les affections de la peau (crevasses, gerçures, écorchures) et contre les piqûres d’insecte.

En cosmétique, la menthe pouliot est réputée déodorante, antiseptique, purifiante et tonifiante.

Usages actuels et composition chimique

La feuille contient :
– 0,5 à 1 % d’huile essentielle renfermant des terpénoïdes parmi lesquels :
. des monoterpènes (pulégone comme composant majoritaire, 8 % de menthol, cinéole, menthone, isomenthone, carvacrol, limonène, alpha-pinène, pipéritone)
. des sesquiterpènes
La menthe pouliot est stomachique, cholérétique et antispasmodique. On lui reconnaît par ailleurs des vertus anti-parasitaires grâce à sa teneur en pulégone.

Utilisations pharmaceutiques
La menthe pouliot stimule et facilite les sécrétions gastriques et les processus digestifs, elle atténue les spasmes et calme les nausées.
La menthe pouliot est traditionnellement utilisée comme traitement adoucissant pour calmer les démangeaisons et les affections de la peau (crevasses, gerçures, écorchures) et contre les piqûres d’insecte.

Utilisations cosmétiques
La menthe pouliot est réputée déodorante, antiseptique et purifiante. Elle est encore considérée comme tonifiante.
Les extraits ainsi que l’huile essentielle de menthe pouliot trouvent une utilisation dans :
– des shampooings anti-pelliculaires, des lotions pour cheveux mous et plats
– des laits tonifiants pour le corps
– des crèmes pour peaux grasses à tendance acnéique
– des soins déodorants
– des produits pour la douche et le bain

Folklore

La menthe était bien connue des Anciens. D’après Ovide, le nom de la plante viendrait de Minthe, nom de la fille du roi Cocytus, transformée en une plante appelée »menthe » par la femme jalouse du dieu Pluton tombé amoureux d’elle.
Les jeunes filles en Grèce avaient coutume de tisser leur couronne de mariée avec des rameaux de menthe et de verveine en souvenir d’elle.
Pline est considéré comme l’auteur du nom « pulegium », qui semble associé à « pulex », puce, car autrefois la plante fraîche et la fumée des feuilles brûlées étaient utilisées pour chasser ces parasites.
Ses noms vernaculaires de menthe pouilleuse, herbe aux puces ou encore chasse puce, rappellent largement cette propriété.
Les Grecs en faisaient un grand emploi : la couronne de pouliot avait tant de valeur pour eux qu’il la plaçaient avant celle de roses ! D’après l’hymne homérique, le pouliot entrait obligatoirement dans la préparation du breuvage sacré d’Eleusis.

Comme toutes les menthes, la menthe pouliot est symbole de force, de paix et de guérison. Un symbole de force dans lequel Pline voyait la force de l’esprit : il recommandait le port des couronnes de menthe pour stimuler celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: