Pâquerette

Pâquerette © Secrets de plantes

Pâquerette © Secrets de plantes

La pâquerette, Bellis perennis, de la famille des Asteraceae, est une très petite plante de 5 à 15 cm de haut, à souche vivace, commune dans presque toute l’Europe, en Afrique du Nord et en Asie occidentale. On la trouve dans les bois et les prés, sur les talus et dans les clairières, au bord des champs et des chemins et dans les pâturages jusqu’à 2 400 m d’altitude.
En France, on en trouve plusieurs espèces, certaines annuelles (région méditerranéenne), les autres vivaces.

Usages

Ce sont ses fleurs que l’on utilise.
La pâquerette semble être passée à peu près inaperçue des médecins de l’Antiquité et du moyen âge et ne s’être fait une place en thérapeutique qu’à partir des XVe et XVIe siècle. Elle a joui alors d’une excellente réputation.
On l’utilisait comme vulnéraire, émolliente, dépurative et diurétique.
Les gens de la campagne ne disaient-ils pas d’elle, jadis qu’elle « nettoie le sang »au sortir de l’hiver ? On la trouvait utile également dans les affections rhumatismales, l’hydropisie, la gravelle et comme sudorifique. On la prescrivait contre les affections des voies respiratoires, les maladies de peau comme l’eczéma dartreux, les règles douloureuses ou trop abondantes, mais aussi pour dissiper les maux de tête à la suite d’une chute ou d’un coup.
Les feuilles fraîches, mâchées, guérissaient les aphtes et les ulcérations de la bouche et une infusion de fleurs séchées aidait à combattre l’hypertension.
De nos jours, elle semble un  peu retombée dans l’oubli. C’est surtout  l’homéopathie qui recourt encore à elle en préconisant la teinture de bellis perennis pour nettoyer et guérir les plaies, contre les luxations, les panaris, la furonculose, les vertiges et les courbatures.
On peut en consommer les feuilles en salade ou cuites. Elles excitent doucement la muqueuse intestinale et combattent efficacement les constipations opiniâtres.
La pâquerette est aussi employée en cosmétique pour ses vertus apaisantes.

Composition chimique et usages actuels

Les fleurs renferment :
– des glucides, particulièrement des osides (inuline et mucilages)
– des lipides
– des acides organiques : acide ascorbique (vitamine C), acide malique, acide oxalique, acide tartrique
– des terpénoïdes : triterpènes (saponines) et caroténoïdes (anthoxanthine)
– des traces d’huile essentielle
La pâquerette a des propriétés sudorifiques, expectorantes, antitussives, antispasmodiques et toniques.
Elle est également laxative, dépurative et diurétique.
On lui reconnaît par ailleurs des vertus antibactériennes, anti-inflammatoires et cicatrisantes.

Usages pharmaceutiques

La pâquerette est fréquemment utilisée comme laxatif doux.
Elle est recommandée contre les rhumatismes, les insuffisances hépatiques et rénales. Elle est préconisée dans le traitement des affections respiratoires (bronchites, toux et pleurésies).
Sous forme d’enveloppements, on l’emploie pour soigner les furoncles et accélérer la cicatrisation des plaies.

Usages cosmétiques

La pâquerette présente des propriétés adoucissantes, hydratantes, purifiantes et tonifiantes. On lui attribue également des activités astringentes et régénérantes.

On recommande son utilisation dans la préparation de :

– shampooings pour cheveux abîmés et fragiles
– lotions astringentes pour peaux matures et abîmées
– crèmes régénérantes pour le contour des yeux
– laits corporels adoucissants pour peaux sèches et normales
– crèmes émollientes pour les mains

Folklore

Bellis vient de « bellus », joli et de « perennis », plusieurs années, c’est une jolie fleur vivant plusieurs années. Bellis était déjà le nom de la pâquerette chez les Anciens. Quant au nom français de pâquerette, il est une évidente allusion au temps de Pâques, moment où ces fleurs sont les plus abondantes dans les prairies.
Elle est généralement considérée comme un porte-bonheur sauf pour les aviateurs pour lesquels elle évoque l’atterrissage forcé.
Sa fraîcheur a inspiré un compositeur du siècle dernier, Jules-Laurent Duprato, qui a donné son nom à l’héroïne gracieuse et naïve d’un de ses opéras-comiques.

Recettes

Enfant trop maigre

Le thé de pâquerette, pris trois fois par jour, réussirait très bien aux enfants trop maigres.

Compresses contre les abcès

Faire une décoction en faisant bouillir pendant 5 minutes 150 g de fleurs et de feuilles de pâquerettes séchées dans un litre d’eau froide
Utiliser en compresses 2 à 3 fois par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: