Le Sultan avait trop chaud – chap 94

azairaQuelques instants avant que je quitte Ispahan, dit Razi, tandis que je disais au revoir à Azaïra, notre belle princesse,  elle m’a jeté un regard plein de larmes et m’a dit :
– Razi, tu pars pour Yezd. Ne me rapporteras-tu pas des mauvaises nouvelles de Julien : qu’il ne veut plus ou qu’il abandonne, que sais-je? Je crains ce moment de vérité et voudrais le voir reculer, de grâce, arrête-toi un peu, juste le temps que je te dise quelques mots d’adieu.
Tu rejoins celui qui s’est échappé de moi pour m’oublier, je le crains; sa place est dans mon cœur meurtri, entre ma poitrine et mes entrailles. Son ombre, lui absent, me poursuit partout où je vais et ma langue pour ma joie, aime à répéter son nom, si délicieux.
Ah! Razi, fais tout ce qui est en ton faible pouvoir pour réunir ce qui est séparé. Il n’a pas pu me faire d’adieux quand il est parti. Je pleure seule les brûlantes larmes de la séparation. Que fait-il, loin de moi, dans l’absence?Et elle se mit au luth pour attendrir sa douleur. Du bout de ses doigts elle effleurait l’instrument et mon âme subitement de ma peau s’envola. Quoi! Quand on aime, faut-il toujours souffrir? Et elle reprit :
– Ami, dis-lui que j’ai fui le lit de mon repos. Dis-lui qu’être aussi loin de l’endroit où il est sature mon âme de chagrin. Mon père que j’aime n’exprime aucune tendresse à mon égard depuis le départ de Julien. Depuis lors les afflictions et les malheurs me triturent le cœur et les entrailles. Un jour je prendrais une autre route si je ne puis plus supporter. Dis-lui que je l’aime et que j’attendrais encore un peu, mais plus très longtemps. Hormis sa présence, je n’ai point de trésor, et je suis sur terre la femme la plus pauvre.
Julien lui sourit et confia à Razi que l’éloignement était dur aussi pour lui. Sa seule chance était de terminer son palais en même temps que ceux qui doivent faire leurs preuves à partir des projets retenus. Il parla en ces termes à Razi :
– O mon Razi préféré, dis-moi, crois-tu que j’aie le temps. Il me faut deux ans pour finir, dans les meilleures conditions. Azaïra le souffrira-t-elle encore longtemps? Apaise-la calmement de mes douces paroles, dis-lui que je pense à elle touts les jours, que je construis ce palais pour elle et pour personne d’autre , même si je le réalise à la gloire du génie de Shamir. Mais saura-t-elle attendre, le pourra-telle seulement?
A qui donnera-t-on la douce-aimée Azaïra, si je n’ai pas terminé à temps?
– O Julien, tu sais combien la belle Azaïra est lasse et mélancolique d’amour. Elle est surveillée étroitement et je ne puis plus la voir seule, depuis ton évasion. Le nouveau vizir la soupçonne de t’avoir aidé à t’échapper de la geôle et son père n’est pas loin de partager cet avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: