Primevère

primevère ou coucou © Secrets de plantes

primevère ou coucou © Secrets de plantes

La primevère, Primula veris, de la famille des Primulaceae est une jolie plante très commune dans les prés, les pâturages, les clairières, les broussailles et le long des routes. Elle préfère les sols calcaires et pousse dans toute l’Europe, l’Asie centrale, le Caucase et la Sibérie.
Plante des plaines et des moyennes montagnes jusqu’à 2 200 mètres d’altitude, la primevère officinale, connue sous le nom de « coucou », est une petite plante herbacée vivace de 10 à 30 cm de haut. Ses feuilles sont ovales, brusquement contractées en pétioles, inégalement dentées. Elles sont ridées et grisâtres sur leur face inférieure.
Ses fleurs, odorantes, jaunes avec une touche d’orange au coeur, sont régulières, tubulaires avec les pétales étalés dans leur partie supérieure. Elles se présentent en petite ombelle simple au sommet de la tige florale. Les fruits sont des capsules ovoïdes. Le rhizome est épais et odorant : il sent la girofle.

Usages

On en utilise la racine, les feuilles et les fleurs.
Une longue tradition médicale venant de l’Antiquité considère la primevère comme le remède spécifique de la paralysie. Au moyen âge, Sainte Hildegarde la préconisait à cet effet, mais également pour lutter contre la mélancolie et l’apoplexie. Le docteur Chomel, médecin de Louis XV, disait qu’elle guérissait surtout la paralysie de la langue et le bégaiement.
Presque oubliée au XIXe siècle, elle fut redécouverte au XXe siècle, dans les cliniques viennoises, comme expectorant et diurétique.
Les fleurs ont une activité diurétique, sédative et antispasmodique. Elles sont par ailleurs anti-prurigineuses et sudorifiques.
On recommande leur emploi contre l’insomnie, les palpitations, les vertiges et les névralgies.
La racine présente des propriétés expectorantes, antitussives, diurétiques et anti-rhumatismales. On lui reconnaît également des vertus laxatives et anti-prurigineuses. Elle a en outre des activités antibactériennes et antifongiques.

La fleur et la racine sont traditionnellement utilisées en usage local comme traitement d’appoint adoucissant pour calmer les démangeaisons des affections cutanées (crevasses, gerçures, écorchures) et contre les piqûres d’insecte.
Elles sont encore traditionnellement employées dans le traitement symptomatique de la toux et pour l’hygiène buccale.
En cosmétique, les extraits de fleur et de racine de primevère ont des propriétés hydratantes, adoucissantes et reminéralisantes. Ils sont par ailleurs un excellent agent anti-couperose. Les extraits de racine de primevère sont de plus considérés comme détergents et antiseptiques.
Ses feuilles se mangent en salade. Sa racine, à odeur de girofle, contribue dans certains pays à aromatiser la bière.
De ses fleurs, on fait un gâteau et les gitans en élaborent un vin délicieux aux propriétés reconstituantes.

Composition chimique et usages actuels

La fleur contient :
– des matières minérales : calcium, chlore, potassium, silicium
– des composés phénoliques, particulièrement des flavonoïdes de type flavonols (rhamnoside du kaempférol, glucoside et gentiobioside de la quercétine)
– des triterpènes : saponines
– des traces d’huile essentielle constituée d’un mélange d’ester méthylique de l’acide 2-hydroxy-4-méthoxybenzoïque et d’ester méthylique de l’acide 2-hydroxy-5-méthoxybenzoïque
Les fleurs ont une activité diurétique, sédative et antispasmodique. Elles sont par ailleurs anti-prurigineuses et sudorifiques.

Usages pharmaceutiques
La fleur et la racine sont traditionnellement utilisées en usage local comme traitement d’appoint adoucissant pour calmer les démangeaisons des affections cutanées (crevasses, gerçures, écorchures) et contre les piqûres d’insecte.
Elles sont encore traditionnellement employées dans le traitement symptomatique de la toux et pour l’hygiène buccale.
On recommande l’emploi des fleurs contre l’insomnie, les palpitations, les vertiges et les névralgies.

Usages cosmétiques
Les extraits de fleur de primevère ont des propriétés hydratantes, adoucissantes et reminéralisantes. Ils sont par ailleurs un excellent agent anti-couperose.

On recommande les extraits de fleurs de primevère dans la composition de :
– shampooings pour tous types de cheveux, lotions pour cheveux abîmés et fragiles
– laits adoucissants pour le corps
– crèmes reminéralisantes pour peaux sensibles et délicates à tendance couperosée
– gels démaquillants, notamment pour le contour des yeux et les peaux sèches
– produits d’hygiène bucco-dentaire
– gels douche, bains moussants.

Folklore

La primevère est l’une des premières fleurs à éclore au printemps, « primula » signifie : « toute première » et « veris » : « du printemps ».

La primevère signifie à la fois la passion, l’attachement, la sexualité et la chasteté. Au XVIIIe siècle, ses fleurs symbolisaient le libertinage ; sous la Régence, marquises et rouées (débauchées élégantes) en portaient sur elles pour se rendre à un rendez-vous galant.
Les mères possessives cousaient des pieds de primevère dans les oreillers du fils qu’elles souhaitaient garder auprès d’elles le plus longtemps possible.
Les enfants qui avaient un frère ou une soeur atteint de maladie mentale disposaient, le premier dimanche de mai, des gerbes de coucous devant la statue de Saint Germain.
En Mayenne, on défendait aux enfants de rapporter des fleurs de coucou à la maison car on croyait que cela empêchait les poules de pondre.
La primevère sert enfin d’hygromètre : elle se ferme, dit-on, si le temps est à la pluie et elle s’ouvre quand il fait beau.

Recettes

thé de primevère

Ingrédients
1 pincée de fleurs
1 tasse à thé d’eau bouillante
miel au besoin

Le « thé de primevère »est une infusion légère de fleurs de coucou : d’un goût délicat, légèrement calmant, il peut être donné le soir aux enfants énervés.

gâteau de primevère

Ingrédients :
1 grand saladier + 1 belle poignée de    fleurs de coucou
250 g de biscuits à la cuillère
1 pot de crème fraîche
6 œufs
1 cuillère à soupe d’eau de rose
5 cuillères à soupe de sucre

Réduisez les fleurs de coucou en une pâte homogène à l’aide d’un mortier ou d’une moulinette électrique. Ajoutez à cette pâte les biscuits à la cuillère émiettés. Mélangez le tout très soigneusement (au mixeur au besoin). Versez dans un saladier, incorporez la crème fraîche, l’eau de rose et les jaunes d’œufs. Battez les blancs en neige en y ajoutant graduellement les cuillerées de sucre jusqu’à obtenir une meringue ferme. Vous la mélangerez délicatement, à la fourchette, à la pâte de fleurs. Versez le tout dans un plat préalablement beurré. Faites cuire au bain-marie, à four moyen 1/2 h.
Avant de servir, saupoudrez de sucre glace et décorez avec la poignée de fleurs fraîches que vous aurez réservée.

vin de coucou

Ingrédients pour 1 tonneau de 4 l :
10 litres de fleurs de coucou
3 litres d’eau
3 livres de sucre candi
3 oranges
1 citron
2 cuillères à soupe de levure de bière fraîche
20 g de levure de bière comprimée
1 litre de fine Champagne

Dans un récipient de grès ou de verre, préparez le mélange du jus des agrumes et de leur zeste râpé. Versez dessus le sucre bouilli dans les 3 l d’eau, vous l’aurez écumé souvent et jamais il n’aura débordé. Ajoutez alors 10 l (un pot au lait d’une contenance de 5 l, rempli de fleurs très tassées, peut faire l’affaire) de fleurs de coucou que vous venez de ramasser. A cette préparation, mélangez en tournant bien la levure (la levure comprimée aura bien sûr été humidifiée auparavant dans un peu d’eau tiède). Agitez le plus souvent possible avant de laisser reposer 8 jours au moins. C’est alors que vous verserez la fine Champagne ou une autre bonne eau-de-vie et que vous mettrez à fermenter en tonneau. 2 mois après, par temps clair, filtrez (à l’aide d’une floche de coton dans l’entonnoir ou mieux d’un filtre de papier acheté chez le pharmacien), mettez en bouteilles et attendez au moins 4 mois avant de le déguster. Plus il vieillit, meilleur il est. Ne l’employez que par petites doses. C’est excellent.

salade de primevère

Ingrédients
jeunes feuilles de primevère
vinaigrette
fleurs de primevère

Au début du printemps coupez de jeunes feuilles de primevère avant qu’elle ne fleurisse. Assaisonnez-les en une petite salade que vous décorerez, une fois remuée, de quelques fleurs cueillies sur un pied plus avancé.

boutons de coucou au vinaigre

Ingrédients :
1 livre de fleurs de coucou bien fermées
100g de sucre ou de miel
1 litre de vinaigre de cidre

Lavez rapidement les boutons de fleurs. Égouttez-les et séchez-les dans un torchon. Tassez-les dans un bocal d’1 l. Versez alors le vinaigre et le sucre qui auront bouilli ensemble, très chauds.
Fermez le bocal et attendez 2 mois avant de consommer ces « câpres « .

Si vous n’appréciez pas le côté aigre doux de ce condiment, vous pouvez remplacer le sucre par une cuillerée à soupe de sel, mais ce sera moins fin.Ingrédients :
1 livre de fleurs de coucou bien fermées
100g de sucre ou de miel
1 litre de vinaigre de cidre

Lavez rapidement les boutons de fleurs. Égouttez-les et séchez-les dans un torchon. Tassez-les dans un bocal d’1 l. Versez alors le vinaigre et le sucre qui auront bouilli ensemble, très chauds.
Fermez le bocal et attendez 2 mois avant de consommer ces « câpres « .

Si vous n’appréciez pas le côté aigre doux de ce condiment, vous pouvez remplacer le sucre par une cuillerée à soupe de sel, mais ce sera moins fin.

balle de coucou

Ingrédients
primevères
ficelle de cuisine

Ne gardez que les ombelles de coucou. Disposez-les à califourchon sur une ficelle que vous refermerez en une jolie boule de fleurs. Fermez-la d’un noeud plat.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: