Renouée des oiseaux

Renouée des oiseaux © Secrets de plantes

Renouée des oiseaux © Secrets de plantes

La renouée des oiseaux, traînasse, herbe aux cent noeuds, langue de passereau, Polygonum aviculare  de la famille des Polygonaceae est une plante herbacée annuelle que l’on trouve très communément sur tout le globe. Elle croît dans les lieux cultivés ou incultes, là où elle est foulée aux pieds, sur les chemins, dans les pelouses maigres, entre les pavés, sur les graviers des cours, dans les décombres ou dans les champs, jusqu’à une altitude de 2300 m. C’est une plante glabre ou pubérulente de 10 à 80 cm, à tige grêle, étalée diffuse ou dressée, striée, plus ou moins feuillée jusqu’au sommet. Les feuilles sont alternes, ovales, elliptiques ou lancéolées, planes, finement veinées en dessous, à gaine scarieuse et lacérée au sommet, striée d’environ 6 nervures. De mai à novembre apparaissent des fleurs minuscules par 1 à 4, subsessiles à l’aisselle des feuilles, bisexuées. Le fruit mesure de 2 à 2,5 mm ; il est trigone, légèrement strié, brun, de terne à vaguement luisant, dépassant à peine ou pas le périanthe.

Usages

On utilise les feuilles, la plante entière et la racine récoltée fin octobre.
Dioscoride la préconisait contre les crachements de sang, les hémorragies, le choléra, les diarrhées et la rétention d’urine.
Elle est astringente. Douce, elle est utilisable en traitement prolongé, en décoction contre la diarrhée et la dysenterie. Le suc, hémostatique, agit contre les crachements de sang et les saignements de nez, les règles trop abondantes, les troubles circulatoires amenant hémorroïde, varices, phlébites.
Diurétique, la plante agit contre le diabète, la glycosurie et à faible dose, contre les coliques néphrétiques, la gravelle et les maladies de la vessie (albuminurie, rétention d’urine).
La renouée est un vulnéraire : c’est un excellent cicatrisant des plaies et blessures dont elle hâte la guérison. Le suc, étendu d’eau, calme les inflammations et est hémostatique sur les plaies qui saignent.

Composition chimique et usages actuels

Les parties aériennes renferment :
– des glucides, notamment des oses et des osides (mucilages)
– des matières minérales dont une quantité importante de silicium
– des composés phénoliques représentés par :
. des acides phénoliques
. des flavonoïdes : flavonols (kaempféritrine ou rhamnoside du kaempférol, myricétine, avicularine ou arabinoside de la quercétine)
. des tanins
. des coumarines simples (ombelliférone, scopolétine)
. des quinones, plus particulièrement des dérivés anthracéniques
¸Les tanins confèrent à la plante des propriétés toniques, anti-diarrhéiques et hémostatiques.
On lui reconnaît également des activités cicatrisantes.

Usages pharmaceutiques
La renouée des oiseaux est employée contre les diarrhées. Le décocté est utilisé pour ses propriétés cicatrisantes contre les ulcères internes et externes.
La présence de silicium donnerait à la plante des vertus bienfaisantes dans le traitement de la tuberculose.

Usages cosmétiques
Les extraits de renouée des oiseaux possèdent des propriétés astringentes, régénérantes et reminéralisantes. L’ensemble de ces activités en fait un actif particulièrement recommandé dans :
– des shampooings pour cheveux gras, abîmés et fragiles
– des lotions capillaires pour cheveux fins
– des crèmes reconstituantes pour peaux abîmées et matures
– des crèmes régénérantes pour le contour des yeux

Folklore

Polygonum vient du grec « polys », nombreux et « gony », genoux.
Son symbole : il signifierait danger.
Selon le langage des fleurs, l' »herbe aux cent noeuds », accrochée au bouton de porte d’un jeune fiancé, signifie qu’il va se laisser ficeler par celle qu’il veut épouser, qu’il n’aura pas son mot à dire chez lui.
Au 1er siècle, Dioscoride et Pline la citent et quoique oubliée par la médecine dès le XVIIIe siècle, elle est restée la plante hémostatique des remèdes populaires.

En Vénétie, les jeunes filles brisent les  noeuds de la renouée pour savoir si elles se marieront ou non dans leur village :  « je me marierai ici, je me marierai dehors » et le dernier noeud leur révèle leur sort.

Recettes

infusion anti-diarrhéique

Ingrédients
50g de renouée des aoiseaux (plante entière)
1 litre d’eau

Infuser 5 minutes et boire de 4 tasses dans la journée

teinture

En Chine, on extrayait de ses racines une teinture bleue comparable à l’indigo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: