Daqikong, les eaux turquoises et le pont du ciel

Daqikong

Daqikong

un festival de couleurs complémentaires

un festival de couleurs complémentaires

Les eaux du lac de la rivière Zhangjiang à Daqikong sont d’un turquoise étonnant, non naturel. La couleur est due à la densité de la canopée, une bonne circulation de l’eau, la capacité du calcaire à fixer les éléments en suspension. Des ions calcium, magnésium et HCO3- amplifient la diffusion des courtes longueurs d’onde. En même temps, dans cette eau particulièrement transparente, le calcaire fritté et des algues jaune-vert absorbent et réfléchissent sélectivement certaines longueurs d’ondes. Couleur, réflexion et transparence changent selon la hauteur du soleil et la couverture nuageuse. C’est le véritable festival de l’eau qui vibre, ruisselle, se jette, prend toutes les couleurs.

Le pont du ciel

Le pont du ciel, Tiansheng

cascade à Daqikong

cascade à Daqikong

les hommes sont bien petits

les hommes sont bien petits

Plus loin, la hauteur du pont du ciel, Tiansheng, typique de cette région karstique, est particulièrement impressionnante. les hommes sont à peine visibles sur la photo.

Entrée du site de Dakikong

Entrée du site de Dakikong

Daqikong

Daqikong

DAQIKONG23oct_26Il est parfois difficile de distinguer karst et retouche de béton. Même le pont de pierre à l’apparence si authentique est pas mal bétonné!

béton!

béton!

les touristes passent et les travailleurs travaillent

les touristes passent et les travailleurs travaillent

touristes sur le pont de pierre (?) de Daqikong

touristes sur le pont de pierre (?) de Dakikong

Le riz dans le Guizhou

culture du riz - Guizhou

culture du riz – Guizhou

rizières - Guizhou

rizières – Guizhou

Même si le gouvernement chinois cherche à développer la pomme de terre, moins gourmande en eau que le riz, le riz reste la base du repas chinois. Les patates font effectivement leur apparition sous forme de nouilles de patates, frites cuites vapeur ou autre.

Mais dans le Guizhou, ce n’est pas l’eau qui manque, la culture du riz est donc omniprésente.

En Norvège, je rencontrais des séchoirs à morue, ici ce sont des séchoirs à riz.

séchoir à riz - Guizhou

séchoir à riz – Guizhou

séchoir à riz - village Dong

séchoir à riz – village Dong

chaume de riz

chaume de riz

Dans les champs, on trouve de savants empilement de chaume de riz qui serviront ensuite d’engrais, de nourriture pour les animaux et apparemment aussi de teinture jaune mais je n’ai pas eu la confirmation.

récolte du riz - village Dong

récolte du riz – village Dong

La beauté de l’éphémère

épiphillum

épiphillum

J’ai chez moi une Epiphyllum oxypetalum, l’Épiphyllum à larges feuilles. On voit poindre la petite excroissance qui va donner naissance à la fleur, on guette son développement jusqu’au moment où on sent bien qu’elle va s’ouvrir. Il faut attendre encore le lendemain…et à 23 heures on la voit s’épanouir. Le lendemain matin, si on se lève vers sept heures du matin, on la voit se fermer, puis le soir elle est morte…pas vraiment, elle reste encore quelques jours affaissée, fermée mais la tige ne s’est toujours pas détachée.

J’ai l’impression, chaque fois que cette plante m’offre une fleur d’assister en raccourci  à notre vie sur Terre, si fragile, si belle et si éphémère comparée au temps de l’univers.

Avez-vous conscience que vous êtes une fourmi dans l’univers, une fourmi dans l’espace-temps et qu’il y a sûrement d’autres être pensants dans l’univers que nous ne rencontrerons jamais? Dans l’espace-temps, notre existence se limite à un epsilon d’espace et un epsilon prime de temps. Nous sommes un point dans l’espace-temps qui apparaît et disparaît. À l’échelle de l’univers et à l’échelle du temps de l’univers, 15 milliards d’années que sommes nous, même en comptant les 1000 ans environ d’existence posthume?

Faites la liste des personnes antérieures au XXe siècle que vous « connaissez », c’est à dire dont vous connaissez bien la vie et l’oeuvre.

épiphillum prête à s'ouvrir

épiphillum prête à s’ouvrir

épiphillum fanée

épiphillum fanée