Le détournement, un stimulant créatif

readysculptVous avez sûrement des objets que vous voulez jeter ou que vous n’utilisez pas.
Aujourd’hui, choisissez:
– soit de relooker un de ces objets (confectionner un street-wear à votre vieux nounours que vous n’avez jamais jeté pour lui redonner goût à la vie, repeindre cette vieille table vraiment commune – vous avez le choix simple rester unicoloriste ou plus inventif: trouvez un modèle de set de table qui vous plaît et peignez des sets sur la table. Avec une bonne peinture, vous vous passerez de nappe pour recevoir vos amis, transformer un pantalon en short – pas si facile de déterminer la hauteur qui n’aplatit pas le cul).
– soit de détourner l’usage de l’objet (utiliser un escabeau en bibliothèque, les marches devenant le rayonnage ou encore un planche d’étagère en panneau vertical pour pendre les ustensiles de cuisine, utiliser un pot de chambre ancien en porcelaine ou en émail comme plat de service – idéal pour garder la chaleur des légumes-, mais pitié, pas la bouteille transformée en lampe…un peu d’imagination!
Si vous n’avez pas le temps de passer à l’acte parce que vous manquez de temps, passez en revue votre maison, imaginez ce que vous allez faire et reportez l’exécution au WE ou aux prochaines vacances.

photo : « la tribu clonée », sculpture de Maryvonne Pellay

Ready made

duchampJe ne me risquerai pas à faire mieux que Marcel Duchamp en matière d’analyse de ready made (apparus en 1914) et de détournement. L’oeuvre que vous aurez réalisée dans le défi du jour vaudra certes par votre talent, mais encore plus par les résonances qu’elle déclenchera dans votre entourage lorsqu’il la verra.

N’oubliez pas que le champ des possibles est infini : « L’idée de répéter, pour moi, est – chez un artiste – une forme de masturbation. » (Duchamp)

Laissons la parole à Duchamp

Contrepétez gaiement

erotika2La contrepèterie n’a rien à voir avec le calembour de commis voyageur, cette « fiente de l’esprit qui vole » (Victor Hugo).

On croit que l’on connaît toutes les contrepèteries, mais leur nombre est illimité. Lorsque vous aurez déchiffré celles qui suivent, vous pourrez en inventer d’autres, vous exercer à cet art qui tient du contrepoint et des échecs.

Simple ou savante, une contrepèterie est une phrase d’apparence anodine, que l’on pourrait dire devant une jeune fille naïve, et qu’un lapsus convenablement choisi peut rendre agréablement déplacée; la tradition la veut même assez crue, voire obscène.

Par exemple : « le général aurait voulu arriver à pied par la Chine »

photo : dessin érotique de Jérôme Lefranc « carotide » ou « erotikad »