Faites-vous la différence entre sanction et punition?

sanctionDevant une situation où l’on se sent agressé, bafoué ou humilié parce que « l’autre » a enfreint une règle, ou une loi, il est parfois difficile de se contrôler pour prendre la bonne décision.

“Dire non, c’est exister soi-même et faire exister l’autre.” (Jacques Lacan).

La règle n’a de raison d’être que si elle est respectée, et, pour que la loi soit appliquée, il faut qu’elle soit comprise et que des sanctions soient prévues.

Si la loi n’est pas respectée, la porte est ouverte à la violence. Qui est capable en toutes circonstances de se maîtriser, d’avoir une attitude sociale, d’écouter, de réparer ou de se réconcilier s’il s’est emporté ou mal comporté ou encore de se tenir à distance s’il ne se sent pas capable de se maîtriser?

Comment gérer ses émotions, choisir entre raison ou passion ? Pourtant, on se doit d’exprimer son mécontentement, mais comment, sans agresser l’autre ? Faut-il sanctionner ou punir?

Une punition est un châtiment sans rapport avec la faute. Elle est souvent donnée impulsivement dans l’émotion et empreinte de l’idée de vengeance. La sanction, elle, est une peine ou une récompense prévue pour assurer l’exécution d’une loi. C’est souvent une réparation. La punition fait mal, la sanction fait grandir.

« Une part de nous est dans l’émotion mais nous sommes bien autre chose. Nous sommes une personne qui peut décider de poser des actes en fonction de ses valeurs. » (L’intelligence du cœur, Isabelle Filliozat).

Interrogez-vous sur votre attitude et ses conséquences…

Grand nettoyage d'été

bouddhaPassez en revue tous les objets de votre maison, mettez un point rouge sur ceux dont vous ne vous servez pas, ceux que vous ne regardez jamais, ceux que vous regardez parfois en vous disant qu’ils sont inutiles, ceux que vous regardez en vous demandant pourquoi vous gardez une telle horreur…

Comptez les points rouges. Demandez-vous pourquoi vous avez acheté ces objets; souvenez-vous de qui vous  en a offerts?

Pourquoi les gardez-vous? Par sentimentalité, parce que ça pourrait servir un jour on ne sait jamais, parce qu’ils sont rassurants par leur permanence, parce que vous n’avez pas le courage ou pas le temps de faire le tri, etc.

Qu’est-ce qui pourrait vous décider à vous en séparer? Les jetteriez-vous, le donneriez-vous ou les vendriez-vous?

Avant de décider de ce que vous allez en faire, jouez avec l’objet, intéressez-vous à lui, regardez-le, tournez-le dans tous les sens, rappelez-vous des circonstances qui l’ont amené chez vous. Si aucune émotion ne vous envahit, alors vraiment, séparez-vous de lui. Si les larmes vous viennent aux yeux, c’est que vous avez fait erreur en plaçant vos points rouges ou que vous aviez soigneusement caché cet objet pour ne pas pleurer tous les jours…Dans ce cas la décision est plus difficile à prendre.

Essayez de passer à l’acte à l’issue de cet inventaire.

Vous pouvez même faire un tableur en indiquant pour chaque objet ce que vous prévoyez pour lui:

à garder, à vendre, à donner, à jeter.

Grand nettoyage d’été

bouddhaPassez en revue tous les objets de votre maison, mettez un point rouge sur ceux dont vous ne vous servez pas, ceux que vous ne regardez jamais, ceux que vous regardez parfois en vous disant qu’ils sont inutiles, ceux que vous regardez en vous demandant pourquoi vous gardez une telle horreur…

Comptez les points rouges. Demandez-vous pourquoi vous avez acheté ces objets; souvenez-vous de qui vous  en a offerts?

Pourquoi les gardez-vous? Par sentimentalité, parce que ça pourrait servir un jour on ne sait jamais, parce qu’ils sont rassurants par leur permanence, parce que vous n’avez pas le courage ou pas le temps de faire le tri, etc.

Qu’est-ce qui pourrait vous décider à vous en séparer? Les jetteriez-vous, le donneriez-vous ou les vendriez-vous?

Avant de décider de ce que vous allez en faire, jouez avec l’objet, intéressez-vous à lui, regardez-le, tournez-le dans tous les sens, rappelez-vous des circonstances qui l’ont amené chez vous. Si aucune émotion ne vous envahit, alors vraiment, séparez-vous de lui. Si les larmes vous viennent aux yeux, c’est que vous avez fait erreur en plaçant vos points rouges ou que vous aviez soigneusement caché cet objet pour ne pas pleurer tous les jours…Dans ce cas la décision est plus difficile à prendre.

Essayez de passer à l’acte à l’issue de cet inventaire.

Vous pouvez même faire un tableur en indiquant pour chaque objet ce que vous prévoyez pour lui:

à garder, à vendre, à donner, à jeter.