La guerre de 14-18, fin du XIXe siècle

guerre de 14-18

ordre de mobilisation générale

La mobilisation n’est pas la guerre

“La mobilisation n’est pas la guerre”, sauf quand tout le monde la souhaite. L’ultimatum que lance la double monarchie austro-hongroise, très émue par l’assassinat du prince héritier François-Ferdinand et de sa femme, ne peut-être accepté par la Serbie. L’Angleterre n’arrive pas à jouer son rôle de médiateur ; c’est la guerre : la guerre de l’Autriche-Hongrie à la Serbie le 28 juillet ; puis la guerre des ultimatums de l’Allemagne à la Russie, de l’Allemagne à la France ; enfin, les mobilisations.

Le 1er août, l’Allemagne et la France mobilisent et l’Allemagne entre en guerre contre la Russie ; le 2 août, la Belgique refuse l’ultimatum allemand ; l’Allemagne envahit la Belgique le 3 août et déclare la guerre à la France le même jour, enfin la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne le 4 août.

L’Europe est en guerre ; la seule chose qui a joué correctement : ce sont les alliances.

Les nationalistes exultent ; la guerre, ils la veulent depuis longtemps (récupérer l’Alsace et la Lorraine)  et même les pacifistes se rallient à l'”Union sacrée”. “La guerre à la guerre” échoue, l’incendie est partout ; pour certains, la guerre apparaît “fraîche et joyeuse”, courte en tous cas.

Elle sera longue et douloureuse : moralement et économiquement.

La guerre de 14-18 marque la vraie fin du XIXe siècle.

Relations franco-anglaises au XIXe

Brouilles et réconciliations alternent sous Louis-Philippe. Assez léger sous Napoléon III, le contentieux devient plus lourd sous la IIIe République .

La neutralité britannique pendant la guerre franco-prussienne n’a guère été appréciée, les tensions coloniales sont constantes, particulièrement en Afrique au moment de l’occupation militaire de l’Egypte par l’Angleterre, et lors des “partages” de l’Afrique noire. La concurrence commerciale est très vive, et le conflit des pêches au large de Terre-Neuve n’arrange rien.

Delcassé passe outre à l’humiliation de Fachoda et entreprend de se rapprocher du Royaume-Uni. L’Angleterre qui a éprouvé son isolement pendant la guerre du Transvaal lui prête une oreille attentive. Après de longues négociations, l’entente cordiale est scellée officiellement le 8 avril 1904. Il n’y a pas de liens militaires -on pourra le regretter en 1914-, mais un climat bien meilleur s’instaure entre les deux pays ; donnant donnant, l’Egypte sous influence anglaise, le Maroc sous influence française, reconnaissent l’un et l’autre.

Les bons offices de la France, alliée à la Russie depuis 1893, permettent de fermer le triangle d’alliance par un accord anglo-russe en 1907 duquel naît la “triple entente”. Elle jouera pleinement à la déclaration de guerre en 1914.

Quelles sont vos tranchées?

Chaque fois que l’on célèbre l’armistice de la guerre de 14-18, faites le point:

– Pour quelle cause seriez-vous capable de subir un enfer semblable à celui des tranchées?

– Vous seriez-vous porté(e) volontaire? Si non, auriez-vous pris le risque de déserter pour ne pas partir?

– Avez-vous déjà vécu un enfer, enfer de souffrance physique ou enfer moral, c’est à dire une épreuve dont vous pensiez ne jamais voir la fin et qui vous semblait absurde, injuste et au-delà des forces humaines?

Si on note 10/10 l’enfer de la guerre de 14-18, quelle note donneriez-vous à votre expérience la plus infernale?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: