L’hellébore noir ou rose de noël

Héllébore © Secrets de plantes

Héllébore © Secrets de plantes

L’hellébore noir, ou rose de Noël ou herbe de feu ou rose d’hiver, Helleborus niger, Helleborus orientalis s. officinalis,  de la famille des Ranunculaceae, plante vivace possédant un épais rhizome souterrain noirâtre, mesure entre 30 et 40cm et présente une tige ne portant que une à trois feuilles, les autres étant disposées à sa base. Ces feuilles, d’un vert très foncé, sont coriaces, longuement pétiolées, palmées et composées de 4 à 9 segments. L’hellébore noir produit entre décembre et avril des fleurs isolées, blanches ou rosées, offrant en leur centre de nombreuses étamines jaunes. Le fruit est un follicule.C’est une plante qui fleurit en hiver (de décembre à avril), d’où son nom de rose de Noël.
Elle est extrêmement rare à l’état naturel : on la trouve parfois dans les forêts alpines d’Europe.

Usages

L’hellébore noir est utilisé depuis longtemps par les Anciens et il est cité dans les textes de Théophraste et Dioscoride comme purgatif, anesthésique local et abortif.
Toute la plante renferme des saponines (helléboréine et helléborine) ainsi qu’un glucoside. Ces substances sont présentes en particulier dans le rhizome.
Ses propriétés générales, ainsi que sa toxicité, sont assez proches celles de la digitale qui est cardiotonique.
Cette plante est donc d’un usage dangereux, uniquement réservé au médecin.
Le rhizome peut être utilisé pour guérir certains ulcères cutanés.
La teinture obtenue à partir du rhizome de l’hellébore orientale, Helleborus orientalis s.officinalis, est utilisée en homéopathie pour soigner certaines psychoses, éclampsies et les méningites.
C’est un poison violent : l’intoxication se manifeste par de forts maux de tête, des vertiges, un ralentissement du pouls, des vomissements et des diarrhées, des difficultés à la respiration, puis finalement la mort par arrêt cardiaque.
La plante est encore utilisée dans la fabrication des poudres à éternuer.

Folklore

Depuis l’Antiquité, l’hellébore orientale, Helleborus orientalis s.officinalis, avait la réputation de guérir de la folie : Héraclès, qui avait tué ses enfants lors d’une crise de démence provoquée par Héra, fut soigné par Anticyrus grâce à l’hellébore.
On raconte que Caligula fit mettre à mort un de ses gardes atteint de folie et qu’il pensait incurable car l’hellébore n’avait eu aucun effet sur lui.
Cette croyance a longtemps survécu et La Fontaine, dans sa célèbre fable, fait dire au lièvre : “ Ma commère [la Tortue], il vous faut purger / Avec quatre grains d’hellébore ”.
Au moyen âge, on le faisait cuire dans du saindoux avec d’autres plantes (dont le chanvre et le coquelicot) afin d’obtenir un onguent que les sorcières utilisaient pour le sabbat. On disait aussi qu’elles se rendaient invisibles grâce à la poudre d’hellébore.
On surnomme cette plante “ rose de Noël ” car elle commence à fleurir en hiver. Une légende chrétienne espagnole explique cette particularité : la nuit de la Nativité, les flocons de neige se transformèrent en petites roses pour honorer la naissance de l’enfant Jésus. Depuis ce jour, tous les hivers, ces fleurs renaissent ainsi des neiges de l’Avent.
Traditionnellement, elle était utilisée comme protectrice des animaux : pour conjurer le mauvais œil, les parasites, les maladies…
Dans le langage des fleurs l’hellébore noir est synonyme de calomnies et mauvaise réputation.

Recettes

Contre les dartres

Ingrédients
5 g de rhizome en poudre
30 g de saindoux.

On obtient la pommade en mélangeant poudre et saindoux au bain-marie.
Elle est efficace, cependant il ne faudra jamais l’appliquer sur une blessure ouverte, elle provoquerait immédiatement des vomissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: