Le jonc

joncs © Secrets de plantes

joncs © Secrets de plantes

Le jonc ou jonc des jardiniers, Juncus gaucus de la famille des Juncaceae,  est l’une des espèces de jonc les plus communes dans nos contrées. Il habite des lieux humides : fossés, prairies tourbeuses et forêts jusqu’à 1700m d’altitude, dans toute l’Europe et en Asie.
Ses grandes touffes, hautes de près de 1m, ont des reflets luisants et une couleur vert-jaunâtre. Tige arrondie, glabre, dépourvue de feuilles, écailles à la base. Fleurs complètes, régulières à enveloppes florales membraneuses à 6 divisions, 3 ou 6 étamines, ovaire à 3 stigmates.

Usages

Les différentes espèces de joncs sont des plantes compagnes de l’homme.
Le jonc épars a été plus précisément employé dans la confection de divers tapis et meubles. On peut, après tressage, obtenir des chaises, des paniers, des nattes et même des tables en jonc. Les joncs sont souvent maintenus en place par d’autres plantes souples comme des tiges de ronces écorcées comme dans une vannerie traditionnelle du Limousin très prisée à l’heure actuelle.
Si, de nos jours, la plante est rarement employée en Europe, elle fait l’objet d’une culture et d’une exploitation importante en Chine.
les jardiniers emploient souvent ces tiges tenaces pour faire des liens.
Le jonc est peu utilisé comme plante médicinale pourtant cette plante était connue des Anciens et Caton préconisait le jonc pour soulager les luxations en massant  la zone douloureuse avec ses feuilles.
Globalement, le jonc est diurétique, dépuratif et légèrement sédatif.
Dans la Chine antique, on brûlait le jonc car sa fumée était considérée comme purificatrice.

Folklore

Depuis toujours, leurs tiges ayant servi à tresser des liens,  l’origine de leur nom : viendrait du latin jungere, qui veut dire ” joindre “.
En 1238 le roi Baudouin II de Jérusalem offrît à Saint-Louis la couronne qu’aurait porté le Christ en croix. Enfermée dans un anneau d’or pour la préserver, on sait qu’elle est faite de joncs tressés sur lesquels les épines étaient censées être fixées. Elle est conservée dans le trésor de Notre Dame de Paris.
Une légende chrétienne raconte pourquoi la pointe du jonc est brune : pendant la fuite en Egypte, Marie se cacha un jour dans un fossé avec Jésus. Un jonc griffa l’enfant qui se mit à pleurer, au risque d’attirer l’attention des poursuivants. Marie maudit cette plante qui, depuis ce jour, semble brûlée à son extrémité.
Les croyances populaires prêtent au jonc des vertus bénéfiques et le considèrent comme un porte-bonheur. Pour chasser le mal d’une maison, on en plaçait de chaque côté des portes et fenêtres le cinquième jour de la cinquième lune.
A Liège, les jeunes filles s’en servent comme oracle : le jour du 1er mai, elles attachent sur trois joncs différents un fil noir, un rouge et un vert. Si c’est le jonc portant le fil noir qui pousse le plus vite, cela prédit le célibat ; le fil rouge annonce un amant inconnu et le vert “l’objet des vœux secrets “.
En Belgique, toujours, il est un dit :
“En décembre, journée courte, longue nuit : l’abeille se tait, le jonc gémit. ”

Usages

La vannerie

joncs © Secrets de plantes

joncs © Secrets de plantes

En Limousin on construit toutes sortes d’objets : plats, corbeilles, pots à partir de touffes de joncs brunes maintenues en place par de la ronce plus claire.
C’est un très bel artisanat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: