Chardon béni

chardon béni © Secrets de plantes

chardon béni © Secrets de plantes

Le chardon béni, ou centaurée bénite, Cnicus benedictus de la famille des Asteraceae,  est une herbacée originaire de la région méditerranéenne orientale ; on la trouve dans tout le bassin méditerranéen, de préférence sur les pentes arides et pierreuses, bien qu’elle tolère une certaine humidité du sol.

Sa taille atteint 20 à 50 cm de haut, sa tige anguleuse est velue. Ses feuilles sont petites à dents épineuses, avec des nervures blanches en réseau, les inférieures étant profondément divisées. La racine est fragile et fibreuse. Les fleurs sont réunies en une inflorescence composée : les petites fleurs jaunes en tubes sont partiellement enfermées dans des écailles épineuses et rassemblées dans un même plan. La floraison a lieu de mai à août et la récolte se fait juste avant cette floraison.

Usages

En médecine traditionnelle on utilise les plantes en fleurs, séchées.
L’usage médicinal du chardon béni remonte au Xe siècle où il était utilisé dans les maladies pulmonaires et contre la peste. Arnaud de Villeneuve, médecin du XIVe siècle, assure avoir vu cette plante guérir un homme dont la jambe était rongée jusqu’à l’os! et Simon Pauli (1666) recommandait d’en poudrer les vieux ulcères chancreux après les avoir bassinés de son eau distillée. On accompagnait alors le traitement extérieur d’une cure d’infusion ou de vin de la plante. Une décoction de ses fleurs servait à guérir les engelures, et on en recommandait l’infusion pour soigner les déprimés et les mélancoliques.
Elle fut offerte à Frédéric III pour le guérir de ses  violentes migraines.

Elle servait également pour fabriquer des liqueurs amères et entrait dans la préparation de la bière.  Mélangée au vin c’est un bon apéritif.

Composition chimique et usages actuels

Les semences contiennent :

– 22 % deides dont 17 à 30 % de protéines
– 20 à 30 % d’huile renfermant :
. des triglycérides d’acides gras insaturés (55 à 60 % d’acide linoléique, 20 à 25 % d’acide oléique, 8 à 10 % d’acide palmitique, 4 à 6 % d’acide stéarique, 2 à 3 % d’acide arachidique, 2 – 3 % d’acide béhénique, environ 1 % d’acide eicosénoïque)
. une fraction insaponifiable composée de :
. phénols : environ 0,05 % de tocophérols
. terpénoïdes : triterpènes : 0,63 % de stéroïdes tels que le campestérol, le sitostérol et le stigmastérol
– des composés phénoliques parmi lesquels :
. 1,5 à 3 % de flavonoïdes représentés par
des flavones (apigénine, chrysoériol)
des flavonols (kaempférol, quercétine)
des tanins catéchiques
des flavanones (ériodictyol, naringine)
des dihydroflavonols (silybine, silydianine, silymarine, silychristine, taxifoline)
– des polyines
– 0,1 % d’huile essentielle

C’est la silymarine et la silybine qui confèrent à la plante ses propriétés. Le chardon Marie possède des activités fébrifuges et anti-hémorragiques mais il est surtout réputé pour ses propriétés hépatoprotectrices qui ont été largement étudiées. D’autre part, la silymarine, inhibitrice de la peroxydation des lipides, aurait un effet stabilisateur de la membrane cellulaire.
On attribue également au chardon Marie des vertus anti-émétiques, antispasmodiques et stomachiques. On lui reconnaît par ailleurs une fonction veinoprotectrice et hypotensive.

Usages pharmaceutiques
Les semences sont réputées, sous forme de décoction, contre les métrorragies, les hématuries, les saignements de nez.
La plante est employée pour lutter contre les troubles circulatoires veineux (varices, ulcères variqueux).
Le chardon Marie, et plus précisément la silybine, exerce une action protectrice et curative au niveau du foie (cirrhose, hépatite) et combat par conséquent les affections hépatotoxiques. C’est pourquoi il est aussi traditionnellement utilisé dans les troubles fonctionnels digestifs attribués à une origine hépatique.
L’action hépatoprotectrice de la silymarine a été mise en évidence vis-à-vis de l’intoxication par :
– le tétrachlorure de carbone,
– la phalloïdine (principe toxique de l’Amanite phalloïde),
– la galactosamine,
– le praséodyme,
– le thioacétamide.

Dans tous les cas, la silymarine agit à titre préventif ou même à titre curatif. Elle protège les cellules hépatiques de plusieurs façons :
– elle empêche la lyse cellulaire,
– elle augmente la résistance osmotique des érythrocytes,
– elle accroît également la résistance des mastocytes par suite d’une modification des propriétés mécaniques des parois.
Toutes ces expériences montrent que la silymarine possède au moins un site d’action sur la membrane cellulaire, empêchant ou rendant très difficile la pénétration des toxiques à l’intérieur de la cellule.

Usages cosmétiques
Le chardon Marie présente des activités anti-radicalaires, anti-couperose et anti-oxydantes, ce qui en fait un actif anti-âge fort apprécié. D’autre part, il jouit de vertus régénérantes.
L’huile de chardon Marie est un excellent conditionneur cutané et participe, en formulation, à l’élaboration de la phase grasse. On lui attribue par ailleurs des propriétés hydratantes et régénérantes.
Les extraits ainsi que l’huile de chardon Marie sont particulièrement recommandés dans :
– des produits capillaires destinés aux cheveux abîmés et fragiles
– des crèmes anti-rides pour le contour des yeux
– des soins pour peaux couperosées et stressées
– des crèmes de massage pour les pieds et les jambes lourdes
– des laits hydratants pour le corps
– des crèmes pour les mains
– des crèmes de nuit anti-radicalaires

Folklore

Le mot chardon vient du grec Knikos  qui désigne une sorte de chardon. Le qualitatif benedictus  vient de beni : bien, et dediro: : dire, soit “dire du bien”. Ce n’est que plus tard qu’il prit le sens de bénir.
Dans la mythologie scandinave la plante est dédiée à Thor, et chez les grecs à Athéna.
Le fait de se fermer quand il va pleuvoir lui vaut le qualitatif de plante solaire.

Comme tous les chardons, le chardon béni est symbole de force et de protection. En Estonie, on emploie sa vertu protectrice contre les mauvais esprits en plaçant le chardon sur le premier blé coupé.
On retrouve le chardon dans le conte de Tom Pouce, où les poils situés entre les fleurs servent à tisser les bas du petit héros.

Recettes

Infusion de chardon béni

Ingrédients
1 cuillerée à soupe de tiges fleuries de chardon béni
1 petit bol d’eau bouillante

Infuser 3 minutes.
Prendre avant chacun des repas, 2 fois par jour.

Vin de chardon béni

Ingrédients
30 à 60g de fleurs
1 litre de vin bouillant

3 verres à bordeaux par jour
Cette préparation dissout l’amertume du chardon.

3 comments for “Chardon béni

  1. Nicole LHOMME
    12 novembre 2019 at 5:09

    Bonjour,
    Bien que cet article soit ancien, je l’ai découvert dans mes recherches sur le chardon béni. Puis-je vous suggérer de le relire et vérifier. Car il y a visiblement toute une partie de ce texte qui correspond au Chardon Marie… Or, ce sont deux plantes différentes.
    Merci
    Nicole

  2. 12 novembre 2019 at 11:23

    merci pour votre remarque. je vais vérifier. Je sais que les deux plantes sont différentes, j’ai d’ailleurs deux articles différents pour le chardon marie et le chardon béni, mais il y a des qualités communes. La botaniste avait vérifié tout cela à l’époque. Je vais le refaire.

  3. 12 novembre 2019 at 13:03

    J’ai vérifié et les parties communes sont bien des propriétés communes aux deux plantes. Les analyses chimiques sont bien différentes ainsi que les recettes. Il n’y a pas d’erreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: