Cordon bleu, chanson

© Secrets de plantes

© Secrets de plantes

Tu m’as couchée sur un beau pastel encadré
Couronnée de bleu et d’azur, tu m’as rêvée telle une vierge
Mais je ne suis que ton cordon bleu

Drapé de soie et de satin, dans le matin bleuté,
tu m’enlace et m’embrume de senteurs de lavande
Comme si je n’étais qu’un bas-bleu
Mais de la cuisine à l’horizon de ma journée
je suis transformée en cordon bleu
Dans la nuit bleue, tu crois me transporter au septième ciel
Mais ne me secoue pas, je suis pleine de larmes
C’est le crépuscule du cordon bleu

Quand tu pars tel un marin me laissant au port
Ma pensée vagabonde de carotte en navet,
c’est la journée du cordon bleu

Il n’y a plus que le vent qui soulève mes jupes car ton regard reste d’acier
Dans son cadre doré, bien posé, bien rangé,
Le pastel est délavé, je suis trop fatiguée
de n’être que ton cordon bleu

Seules  les guêpes s’engouffrent dans mon corsage,
Mes rêves turquoises se sont envolés,
il ne reste de moi qu’un pauvre cordon bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: